Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Une politicienne entend bloquer les prêts de Léonard à la France pour 2019

Lucia Borgonzoni est partie en campagne, alors qu'elle devrait rester dans l'ombre du Ministre des Biens culturels employant ses services. Une vraie déclaration de nationalisme.

Le "Portrait d'un musicien" que détient l'Ambrosiana de Milan. Refusé de prêt?

Crédits: AFP

C'est compliqué. C'est inquiétant. Mais, pour le moment, il n'est encore arrivé rien de bien grave. Lucia Borgonzoni vient de soulever une tempête en Italie. La sous-secrétaire d'Etat aux biens culturels et au tourisme s'est lancée dans une longue diatribe. Cette membre de la Ligue entend remettre en cause les prêts de son pays à l’exposition Léonard de Vinci, prévue par le Louvre en 2019. Elle a choisi comme tribune le «Corriere della Sera», qui a dû se montré ravi de pouvoir faire mousser une édition. L'ennui, c'est que «Le Figaro», que j'ai consulté en ligne, en fait une ministre. Or, jusqu'à preuve du contraire (un contraire pouvant toujours survenir au sud des Alpes), le titulaire des biens culturels reste Alberto Bonisoli. Un homme qui est du parti presque adverse. Ce spécialiste de la mode ne roule-t-il pour les Cinq Etoiles?

On devine déjà les cris de la Bolonaise, qui est par ailleurs effectivement licenciée en histoire de l'art. Les Français veulent tout avoir. Nous passons au deuxième rang. Or «l'intérêt national ne peut venir en second.» Une autre exposition Vinci se mitonne en août à Florence pour célébrer les 500 ans de la mort du maître à Amboise. Selon la légende dans les bras de François Ier. Il ne faut pas faire d'ombre à la manifestation toscane. Italy first! Gros succès sur Twitter, certains internautes demandant déjà le retour de «La Joconde». «Léonard de Vinci était après tout Italien.» Lucia Borgonzoni entend donc que se voient rediscutés un à un les prêts promis par Dario Franceschini en 2017, alors qu'il dirigeait la Culture. L'homme avait tout accordé, sauf «L'Adoration des Mages», que les Offices viennent de restaurer. Trop fragile. Trop difficilement déplaçable.

Raphaël en 2020

La chose ne met pas en danger la seule exposition Vinci, mais une autre du Quirinal en 2010. Pour les 500 ans de la mort de Raphaël cette fois, Rome entend montre un maximum d’œuvres de ce dernier. Or le Louvre n'entend confier que «le possible.» On ne l'en blâmera pas. Le musée tarderait à donner une liste, ce qui semble intolérable à Lucia Borgonzoni. Mais un Louvre privé des Léonard italiens (en ajoutant dans la foulée un panneau du Vatican) se montrera-t-il toujours enclin à envoyer au-delà des monts «La belle Jardinière», le «Balthasar Castiglione» ou «La Sainte Famille», offerte à l'époque par le pape au même François Ier?

Les seules personnes que cet imbroglio raviront seront les défenseurs du patrimoine artistique. Ils pensent, à juste raison souvent, que les tableaux historiques voyagent aujourd'hui bien trop souvent. Un prêt avait d'ores et déjà été exclus pour la rétrospective Vinci, ce qui en dit long. Le Louvre se refusait à déplacer du premier étage «La Joconde», trop précieuse pour se voir bougée de quelques mètres. Tout cela pour aboutir à une cohue de type Vermeer sous la Pyramide. Une foire s'empoigne à laquelle il devient bien difficile de trouver le moindre alibi scientifique. Idem pour Raphaël au Quirinal en 2020. Ces expositions hyper publiques sont-elles bien nécessaires? Ont-elles même un sens? Il deviendrait peut-être temps de se poser la question.

P.S. Un certain nombre de lecteurs m'ont demandé comment accéder aux articles anciens de cette chronique, le site n'indiquant de manière claire que les sept dernières contributions avec ma photo. C'est très simple. Il suffit de cliquer sur mon nom en faut de l'article. La liste apparaît alors, en allant du plus récent au plus ancien.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."