Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Une forte marée dépose des milliers de briques anciennes sur le Lido vénitien

D'où proviennent-elles? Par l'association Lido Oro Benon, il s'agit des restes du campanile de Saint-Marc, qui s'était écroulé d'un coup le 14 juillet 1902.

L'une des images peu connues de la catastrophe.

Crédits: DR.

C’est une petite énigme. Rien à voir avec les grands questionnements historiques. Une forte marée (et non une des «eaux hautes» que devrait dorénavant limiter à Venise même le barrage «Moïse») a récemment touché le Lido vénitien. Il y a eu de grosses vagues. Celles-ci se sont retirées en déposant un étrange dépôt. Des briques, et encore des briques. Il y en avait des centaines sur la plage. Au moins trois mille au large. D’où viennent-elles, et comment est-ce possible?

Une autre image, due à un photographe inconnu.

Afin de répondre à cette question, l’association Lido Oro Benon a entreposé ces vestiges devant l’ex-Ospedale al Mare. Ses membres ont commencé à inspecter les briques. Elles sont de forme irrégulière, et donc artisanales. Il y en a de différentes couleurs de rose. Leur rotondité indique des usures. Elles ont longtemps été exposées à l’air libre, et si possible au vent. Pour le président de l’association Vittorio Baroni, l’origine de ces débris est claire. Il s’agit des vestiges de l’ancien campanile Saint-Marc, sans cesse embelli au cours des siècles. Ce dernier s’est écroulé le 14 juillet 1902. Des menaces pesaient sur cette flèche imposante. Elles avaient été signalées depuis trois décennies. Mais les autorités n’avaient pas voulu en tenir compte. On connaît la chanson… Le campanile effilé de San Giorgio s'était pourtant déjà écroulé en 1792.

Les badauds au milieu des gravats. Photo DR.

L’énorme masse de brique s’est donc effondrée, après six minutes de grondements inquiétants, le 14 juillet à 9 heures 53. Ce temps de répit a permis, à une époque où l’instantané existait déjà, de prendre non pas la photo historique, comme je le croyais (on voit en effet toujours la même), mais toute une série d’images. De loin, bien sûr! La place avait déjà été évacuée par précaution la veille. C’est ce qui explique du reste l’absence de victimes. Seul un chat, qui passait malencontreusement par là, a été tué au moment de la catastrophe. Il fallait néanmoins ensuite évacuer aussi vite que possible les gravats. Ils encombraient la place près de la cathédrale Saint-Marc (qui n’a pas été touchée), formant par endroit des tas hauts comme des collines. D’où l’apparent recours à de discrètes immersions au large. Et du coup l’actuelle découverte, signalée par l’agence de presse nationale italienne ANSA. Une découverte qui ne changera ni le cours de l’archéologie, ni même celui des choses…

La colline formée par les amas de briques. Photo DR.

Quant au campanile, il a immédiatement été décidé de le refaire à l’identique. En plus léger, comme le permettait déjà en 1902 le béton armé. Trois mille tonnes de moins. Lancé en 1903, le chantier a duré jusqu’en 1912. Les coûts restaient modiques en ces temps-là. Il suffisait de 500 000 lires or, à chercher chez des mécènes. La famille royale a payé le vingt pour-cent de cette somme. On en arriverait aujourd’hui à des centaines de millions d’euros…

Le chantier de la reconstruction en 1911. Photo DR.

La dépêche ANSA ne précise pas ce qu’on va faire des briques abouties sur le Lido vénitien.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."