Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Un village médiéval englouti devrait ressortir d'un lac artificiel italien en été 2021

Le Fabbriche di Caregina ont été englouties par la montée des eaux entre 1947 et 1953. L'entreprise électrique doit procéder à un nouveau vidage du lac de Vagli.

Le village en 1994.

Crédits: DR

Quand j’ai vu pour la première fois la photo, j’ai eu l’impression de regarder une maquette ou un décor de cinéma. Autrement dit un semblant de réalité. Il n’en était rien. L’image datait de 1994. Cet été-là, la firme hydro-électrique Enel (aujourd’hui privée) avait vidé le lac de Vagli, dans la province de Lucques. Etait ainsi réapparu un village médiéval englouti. Une vision incroyable. Un million  de touristes serait (mais comment compter dans un cas pareil?) venu voir cette attraction rare. Un peu comme les amateurs d’art contemporain vont voir le nouvel emballage de Christo.

Le même village, lors de la descente des eaux. Photo DR.

Normalement, le Fabbriche de Caregina devraient réapparaître en 2021. La chose est en tout cas rapportée par le numéro de «La Stampa» que j’ai consulté. Ce serait la cinquième fois que ce bourg fondé au XIIIe siècle afin d'accueillir une petite communauté de forgerons venus de la région de Brescia émergerait des eaux. L’Enel aurait dû procéder au vidage du lac en 2016. Pour des raisons inconnues, l’opération s'était vue reportée. Il est difficile de savoir dans quel état se trouveront les «fabriques». Il y a vingt-six ans, l’église San Teodoro tenait encore debout, avec son campanile carré. Il subsistait les murs de quelques maisons. Il y avait même un bout de l’ancien pont de Caregina, ce qui semble doublement insolite. Qui a jamais vu un pont sous les eaux profondes?

Cas similaire en Savoie

C’est entre 1947 et 1953 que le village a disparu. L'Ebron a vu son cours retenu par une digue haute de 92 mètres. Née sous Mussolini, l'idée était de former un immense bassin artificiel. Une opération courante à l’époque. Entre 1951 et 1952, en Savoie, a ainsi été créé le lac de Tignes. Les choses s’étaient bien plus mal déroulées qu’en Italie. Les habitants commençaient à se révolter. Il y a eu un déploiement violent de CRS. Bref, les choses s’étaient passées à la française. Pour obliger les gens à partir, le gouvernement avait été jusqu’à dynamiter les maisons et l’église en 1952. Aux Fabbriche de Caregina, les villageois étaient partis d’une manière apparemment plus pacifique le 3 juillet 1947.

Aujourd’hui, de tels déplacements de population et de telles pertes culturelles se font en plus grand, mais comme à huis-clos. En Turquie ou en Chine par exemple, afin de créer de l'hydro-électrique. Pour faire un méchant jeu de mots, nous ne sommes en général pas au courant Et le monde réagirait-il comme dans les années 1960, quand l'Unesco (aujourd'hui en ruines) s'attelait à sauver les temples pharaoniques menacés par le barrage d'Assouan sur le Nil?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."