Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Un portrait de Botticelli change de mains à New York pour 92,2 millions de dollars

Sotheby's a bien fait son travail. Le tableau avait été vendu 1,3 million en 1982. Tout s'est fait à l'esbroufe, même s'il s'agit d'une oeuvre très séduisante.

Le portrait vendu le 28 janvier à New York.

Crédits: Sotheby's.

Ce fut une affaire rondement menée à New York chez Sotheby’s, le 28 janvier. Proposé à l’heure du petit déjeuner (1) un portrait de jeune homme de Sandro Botticelli (1445-1510) a changé de mains en cinq minutes pour 92,2 millions de dollars. Frais compris, tout de même. La bataille n’a rien eu d’épique. Mon aimable consœur Béatrice de Rochebouët, du «Figaro», s’est du reste montrée déçue dans son article en ligne. Si peu de temps, avant qu’un téléphone venu de Londres l’emporte (2)! Pour elle, le panneau s’est presque vu bradé à la manière d’une paire de chaussures vomie sur le trottoir par une grande surface. Je ne voudrais pas avoir l’air de me montrer radin. Mais 92,2 millions de dollars, c’est tout de même de l’argent!

La "Madone à la Grenade", vendue à Paris. Photo Adap & Mirabaud.

Je vous ai déjà parlé de ce portrait au moment où Sotheby’s a annoncé sa vente à la fin de l’an dernier. La maison précisait que ce tableau, dans un état de conservation trop miraculeux pour ne pas sembler suspect, provenait du milliardaire Sheldon Solow. Un monsieur pas très sympathique. L’Américain n’aura pas vu la vente. Dieu l’a rappelé à lui le 17 novembre dernier à 92 ans. Sotheby’s précisait qu’il faudrait mettre sur la table au moins 80 millions de dollars. Une jolie plus-value quand on sait que l’œuvre avait été vendue 1,3 million de dollars en 1982 au même Solow. Entre-temps, il est vrai, le Botticelli s’est vu présenté à la National Gallery de Londres, comme au «Met» de New York. La maison de vente a conçu un catalogue rien que pour lui de 96 pages. De quoi enlever tout doute à celui qui oserait prétendre le tableau peint dans l’atelier. Quoique, quoique, et je vous renvoie directement à ma note No3… Notons en passant que Sotheby’s n’a tout de même pas osé nous faire le coup du «dernier Botticelli en mains privées».

Vendu à New York, Paris, Londres ou Zurich

Il faut dire que la multinationale aurait eu du mal. Jugez plutôt! En 2013, Christie’s vendait pour 10,4 millions de dollars la «Madonna Rockefeller» du maître, ou de sa garde rapprochée. Un panneau en assez mauvais état. En 2017, à Paris, la maison Adap & Mirabaud (Fabien Mirabaud est un lointain parent des maîtres de la banque privée genevoise du même nom) proposait une réplique simplifiée de la «Madone à la grenade» sentant l’atelier et annoncé comme tel. 629 000 euros seulement. Il y a comme cela des prix cadeaux. En 2019 apparaissait à la foire Frieze Masters de Londres, sur le stand de Trinity Fine Art, un beau portrait d’homme du genre sévère. Le modèle en aurait été Michele Marallo. Les marchands en demandaient 30 millions (de livres sans doute) sans trouver preneur. En 2019 encore, la maison bernoise Schuler cataloguait comme un pastiche, avec une estimation de 7000 francs, un Botticelli qui s’est apparemment révélé authentique. Six millions et demi à l’arrivée! On attend de revoir un jour cette belle pièce, nettoyée et restaurée.

Le portrait de Michele Marallo. Photo Trinity Fine Art, Londres.

Alors vous voyez, des "derniers", cela en fait tout de même beaucoup. Il existe par ailleurs d’autres prétendants au titre, comme le profil imaginaire de Dante prêté par un privé à la Fondation Martin-Bodmer de Cologny. Il a fallu ici plaider l’état exceptionnel. La séduction. Et puis il existe aussi une chose qui s’appelle le culot. A force de crier «urbi et orbi» que le tableau valait «au moins 80 millions de dollars», Sotheby’s a fini par persuader le monde que c’était le cas. Cela dit, si je sais bien calculer, les 92,2 millions représentent les fameux 80 millions, plus les échutes que doit payer l’acquéreur. C’est donc 80 millions et pas un sou de plus pour ce chef-d’œuvre auto-proclamé.

Le visage du Botticelli vendu à Zurich. Photo Schuler.

Il y a hélas les coulisses. Je viens de remettre mon nez dans le catalogue raisonné de l’œuvre de Botticelli de Ronald Lightbown, paru en français il y a trente-deux ans chez Citadelles & Mazenod. Un ouvrage ayant un temps fait autorité. Eh bien le portrait n’y figure pas davantage que le tableau Schuler ou la «Madone à la Grenade», version boutique! Le Michele Marallo de Trinity Fine Art s’y trouve lui en bonne place. Mais tout se révèle possible avec les experts… L'accord se serait ainsi fait parmi eux sur le tableau présent en 2009 seulement, si j'en crois Harry Bellet du "Monde" (3). Certains pensaient auparavant pour le portrait de jeune homme à Botticini, dont le style et le nom ressemblent si fort à son contemporain Botticelli. Cela me semble souvent tout aussi bien, Botticini. L'ennui, c'est que cela vaut beaucoup moins cher sur le marché!

(1) Petit déjeuner tardif, tout de même. Dix heures trente.
(2) Le téléphone est venu, selon la presse spécialisée de vendredi, d'une employée Sotheby's de Londres, spécialisée dans les tractations avec les clients russes.
(3) Le journaliste français rappelle aussi qu'une radiographie du tableau, publiée par la maison de ventes aux enchères, montre un autre visage, nettement moins séduisant, sous la peinture actuelle. C'est très ennuyeux. Y aurait-il eu au XIXe siècle un repeint hyper-abusif pratiqué par un restaurateur inspiré sur un panneau authentique, peut-être de Botticelli? Que de questions...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."