Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Un chat vient compléter les géoglyphes tracés par les Nazca au Pérou il y a 2000 ans

Long de 37 mètres, le félin se trouvait sous les pieds des touristes, ou presque. Très érodé, il vient de se voir restauré à neuf. D'autres figures sont apparues sur le sol.

Le chat géant.

Crédits: Service péruvien d'archéologie.

On connaissait le singe, haut de 95 mètres et large de 55, avec sa queue en spirale. Il y avait aussi le héron, le pélican, l’araignée, le cachalot ou le bébé condor. Il existe aujourd’hui le chat. Un nouveau géoglyphe géant a été découvert dans le désert péruvien. Il se trouvait pourtant sous le nez des chercheurs. Ne mesurant «que» 37 mètres de long, le félin se nichait sur une colline utilisée comme belvédère pour voir les autres figures tracées sur le sol. «Il était sur le point de disparaître», ont déclaré les archéologue au journal britannique «The Guardian». La figure se trouvait sur une pente minée par l’érosion naturelle. Elle vient de se voir réparée. A neuf, ou presque. En Amérique du Sud, on a souvent le traitement radical. Il suffit de voir certains monuments et objets précolombiens.

Identifié au moment de travaux effectués pour améliorer l’accès au belvédère, qui devrait se voir rouvert aux touristes après sept mois de fermeture Covid, le chat ne constitue pas l’unique découverte récente. De nouveaux glyphes appartenant à la culture Nazca ont été repérés ces dernières années. Généralement de plus petite taille, tout de même. Cette émergence est due à la multiplication de drones offrant l’avantage de voir les choses de haut. Ces œuvres se fondent autrement dans le paysage pour les simples promeneurs, même savants. Remontant aux deux derniers siècles avant notre ère, elles sont cependant connues depuis le XVIe siècle. Les experts actuels les datent d’après des images similaires apparaissant sur des pièces archéologiques mieux documentées. Les motifs repérés, dont le chat, se rapprochent ainsi de ceux d'une fin de la civilisation Paracas, qui a fini par se mélanger à celle des Nazca vers 100 avant Jésus-Christ.

Différentes théories

Mais que sait-on au juste de ces derniers? Pas grand-chose. Je vous ai parlé en 2018 de la grande exposition que leur avait consacré à Zurich le Museum Rietberg. J’avais beau avoir lu les textes en allemand et en anglais, je n’y avais jamais trouvé que des interrogations. Les glyphes et les «fardo», ces immenses textiles entourant les morts (qui se momifiaient ensuite naturellement vu le climat ultra-sec) gardent ainsi leur mystère. On en reste au niveau des hypothèses. Maria Reichle, avant la guerre, parlait pour les glyphes d’une fonction astronomique liée à l’agriculture. Erich van Däniken, en 1968, y voyait soit la main des extra-terrestres, soit des signes lancés par les Nazca à ces derniers. En 1983, le Suisse Henri Stierlin avait pensé pour les longues pistes complétant les dessins à des aires de lissage pour le «fardo». Il faut admettre qu’aujourd’hui ont ne sait toujours pas.

Les Nazca n’ont pas été le seul à tracer d’aussi immense lignes (entre 30 et 40 centimètres de large) sur le sol. Je vous ai récemment parlé de l’Hercule anglais, remis à neuf dans le Dorset. Les touristes aimeraient bien qu’on puisse lui attribuer une existence remontant aux Celtes et aux Romains. La chose ne daterait cependant que du XVIIe siècle. Pas de quoi concurrencer les Nazca!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."