Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Un achat du Louvre suscite un nouveau livre sur les Changenet, actifs en France autour de 1500

Il y a quelques mois paraissait sur les mêmes peintres méconnus un premier ouvrage des Genevois Carmen Decu Teodorecu et Frédéric Elsig. Tout se voit ici rediscuté.

"Trois prophètes". Une peinture de Jean Changenet depuis longtemps conservée par le Louvre. C'est la couverture du catalogue.

Crédits: RMN, Paris 2021.

En 2018, le Louvre a acquis grâce à ses Amis une «Assomption» assez crasseuse, à qui deux restaurateurs ont aujourd’hui rendu bonne mine. Il s’agit là d’un tableau donné à l’atelier de Bernardino Sismondi et Josse Lieferinxe, à moins qu’il ne soit entièrement de Josse lui-même. L’œuvre aurait été réalisée à Marseille entre 1497 et 1508. «La découverte de cette œuvre doit être considérée comme un véritable événement, tant sont rares les panneaux français du XVe siècle à être parvenus jusqu’à nous, a fortiori de cette qualité», estime Sébastien Allard aujourd’hui en charge des peintures du grand musée.

Alors que le Louvre a paresseusement renoncé à ses excellentes «expositions-dossiers», il y en avait une de prévue en 2020 pour cette «Assomption» et le «Saint Yves» figurant à son revers. Vous l’avez deviné. Celle-ci n’a bien sûr pas eu lieu. Il y aura peut-être une séance de rattrapage en 2021 mais, au vu du plan de réouverture de l’institution, il semble permis de formuler des doutes. La direction a encore trouvé moyen de boucler des salles supplémentaires. Le catalogue, lui, existe bel et bien. Il est même déjà en vente. Le Louvre a cette fois pris contact avec les éditions In Fine. Celles-ci publient ainsi les étude croisées de Sophie Caron, conservatrice au Département des peintures, et du doctorant Elliot Adam.

Artistes voyageurs

«La maison Changenet», titre de l’ouvrage, refait l’histoire et la généalogie d’une dynastie de peintres actifs à la fin du XVe et au début du XVIe entre la Bourgogne, Avignon et le Midi, avec des curiosités allant jusqu’aux Pays-Bas et des ramifications en Espagne. Les artistes voyageaient déjà beaucoup à cette époque. Si vous lisez assidûment ma chronique, vous aurez remarqué que je vous ai déjà parlé cette année d’une autre ouvrage sur le même sujet, paru cette fois chez Silvana Editoriale. Il émanait des Genevois Carmen Decu Teodorescu et Frédéric Elsig. Il s’agissait là du troisième volume des «Ressuscités de l’histoire de l’art». Les deux auteurs avaient déjà eu l’occasion d’évoquer les Changenet père, fils neveu ou beau-fils lors de leurs colloques annuels «Peindre en France aux XVe et XVIe siècles» tenus à l’Université.

Evidemment, le nouveau tandem aboutit maintenant à d’autres conclusions. Les historiens se font les dents non seulement sur leurs prédécesseurs, mais aussi sur leurs collègues. Il faut dire à leur décharge qu’il existe ici très peu de documents d’archives et encore moins d’œuvres conservées. La «conviction profonde», comme en Justice, joue du coup un rôle certain. Avec une certaine prudence tout de même. Il me semble difficile d’empiler davantage de conditionnels et de points d’interrogation que dans le livre actuel. Il faut dire qu’on fait ici tenir des noix sur un bâton. Il ne peut pas exister de certitudes.

A qui s'adresse l'ouvrage?

Reste encore à savoir pour qui on écrit. Carmen et Frédéric avaient tenté de faire simple. Ils expliquaient, après avoir donné des bases. Ici, alors même qu’il s’agit en principe d’un catalogue d'exposition grand public, le tandem en charge reste très ardu. Avec beaucoup de notes. D’où l’impression que «La maison Changenet» s’adresse en fait au noyau dur des spécialistes de la peinture française de la fin du Moyen Age. C’est très intéressant, certes, mais le Louvre a-t-il pour fonction de garder debout une petite tour d’ivoire alors même que le musée entend s’ouvrir au plus grand nombre?

Pratique

«La Maison Changenet, Une famille de peintres entre Provence et Bourgogne vers 1500», de Sophie Caron et Elliot Adam, édité par le Louvre et In Fine, 180 pages.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."