Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Facebook censure les photos d'art romain dénudé proposée par le musée de Genève

Des seins. Un sexe masculin, même s'il reste en bronze. Le prude réseau social s'est à nouveau distingué. Le magistrat responsable de la culture a poussé des cris. Il n'y aura sans doute pas de riposte.

La "Vénus d'Arles". restaurée et complétée par François Girardon au XVIIe siècle, que prête le Louvre.

Crédits: `DR

J'ai découvert ça ce matin dans «20 Minutes». Vous voyez que je lis tout, et parfois même n'importe quoi. J'ai ainsi appris que Facebok avait refusé les images que le Musée d'art et d'histoire (MAH) proposait pour illustrer son annonce de l'exposition «César et le Rhône», qui s'ouvrira au public romand le 8 février. Découverte en 1651 et longtemps exposée sans problème au château de Versailles, après que le Roi Soleil se l'est appropriée, la «Vénus d'Arles» se révélerait trop dénudée. Le bas du corps se voit pourtant ceint d'une ravissante draperie. Quant au prisonnier extrait du fleuve dans la même ville provençale il y a quelques années, son cas se révèle pendable. Pensez! On lui voit la zigounette, même si celle-ci est en bronze. Que penseraient les jeunes et les familles, pour lesquels sont pensés les réseaux sociaux, s'ils venaient à découvrir de telles abominations?

Responsable de la culture municipale genevoise, Sami Kanaan s'est bien sûr indigné. A juste titre, d'ailleurs. Il a souligné que les petits écran laissaient passer des images brutales sans sourciller, alors que la nudité s'en voyait bannie. Voilà qui donnera du blé à moudre à ceux qui pensent que, dans les violences sexuelles, c'est le sexe et non la violence que les réseaux dominés par les Américains veulent extirper. Nous vivons des temps prudes. Les jeunes se montrent souvent culs-cousus, ce qui n'en finit pas de m'étonner. Ma génération aura eu la chance de pouvoir faire les 400 coups, quand tout le monde trouvait cela très bien.

Riposte à l'anglaise

Il n'y aura bien sûr pas de riposte. J'avais beaucoup aimé la réponse à la censure pour l'exposition Egon Schiele de Londres, dont les affiches avaient été refusées par le métro en novembre 2017. Une preuve que le «tube» ne tient pas à se faire entuber. Les nus avaient été barrés au niveaux ds parties génitales par une bande blanche. «Vieux de plus de 100 ans et toujours scandaleux». Avouez qu'avec les retombées, le succès de l'exposition ne pouvait que se voir accru. Vienne avait déjà agi de même il y a quelques années pour les footballeurs nus comme la main de Pierre et Gilles. Ils servaient de réclame à la version autrichienne de «Masculin-masculin». On se croirait revenu au temps où Molière faisait dire à son Tartuffe: «Cachez ce sein que je ne saurais voir.»

Les affiches pour l'exposition Schiele das le métro londonien en novembre 2017. Photo France-Culture

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."