Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Trois voies. Des archéologues exhument un tronçon d'autoroute romaine dans l'Hérault

Il s'agit d'une portion de la Via Domitia, qui a servi pendant cinq siècles. Trois fois refaite, la voie accueillait militaires, marchands voyageurs et postiers.

Le Pont Ambroix, qui comportait encore deux arches au XIXe siècle.

Crédits: DR.

Il n’y a pas que la préhistoire à passionner le public archéologique. Son attention se voit périodiquement captée par les fouilles de l’ère classique, souvent spectaculaires. Que voulez-vous? On ne dit pas «un travail de Romains» pour rien. L’organisation des grands travaux avait alors quelque chose d’époustouflant. Une preuve vient encore de se voir administrée dans l’Hérault français, quelque part entre Montbazin et Marinesque. «Les Figaro» s’en est fait l’écho sous la plume de Simon Cherner. Une portion d’«autoroute» s’est vue mise au jour l’automne dernier.

Soyons plus précis. De quoi s’agit-il? D’un segment de la Via Domitia, qui traversait l’actuelle France en reprenant un tracé gaulois. Des travaux gigantesques ont été entrepris à partir de 218 avant Jésus-Christ par de très nombreux légionnaires. Il s’agissait ici de créer, ce qui a surpris les fouilleurs, une route à trois voies large de dix-huit mètres. Celle du centre avait l’objet d’attentions particulières. Les deux autres demeuraient plus frustes. Elles accueillaient pourtant aussi des véhicules hippomobiles. Il a ensuite fallu entretenir cette voie routière plus large que les autres, ce qui a demandé de constants efforts humains. Les archéologues ont noté trois campagnes de réfection. Puis l’Empire a décliné, avec ce que cela suppose de restrictions de budget. La Via Domitia a été abandonnée après un demi millénaire d’usage au IVe siècle. Les voyageurs, les marchands, les armées et la poste passèrent dès lors sur de chemins plus proches du littoral.

Ouvrages d'art

Lancé dans le cadre d’une fouille d’urgence, le chantier actuel a porté sur un tronçon de 1500 mètres environ. Le scientifiques se sont déclarés surpris par la qualité de l’ouvrage. Les Romains étaient des ingénieurs de premier ordre. Ils travaillaient ici sur un terrain sauvage et accidenté. La Via Domitia (qui emprunte comme vous le savez son nom à Domitius Ahenobarbus, un aïeul consulaire de l’empereur Néron) comportait bien sûr de nombreux ouvrages d’art. Je citerai juste le Pont Ambroix sur le Vidourle. Ce dernier comportait encore deux de ses grandes arches au XIXe siècle. Il n’en subsiste aujourd’hui qu’une seule. Tout connaît par la force des choses une fin...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."