Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Surprise! Le Kunsthaus de Zurich présente ses dessins italiens anciens

Il s'agit d'un tout petit fonds. L'exposition comprend trente pièces. Mais il y a là Raphaël, Le Corrège, Palma Vecchio, Taddeo Zuccaro et le Chevalier d'Arpin.

Le Carlo Maratta faisant l'affiche

Crédits: Kunsthaus, Zurich 2020.

Le Kunsthaus de Zurich présente ses dessins italiens anciens. Voilà qui peut surprendre. Les pays latins ne figurent pas dans l’ADN des collectionneurs suisses. Le cabinet de Bâle, qui possède un fantastique ensemble de feuilles germaniques allant de la Renaissance à nos jours, ne compte presque rien de transalpin dans ses cartons. Les deux seuls fonds faisant un peu exception en matière graphique se trouvent à l’ETH de Zurich, autrement dit en milieu universitaire, et au Jenisch de Vevey. Ce dernier détient en effet une petite partie des Zuccaro ou des Caracci provenant des Sérenville.

Que se trouvait-il donc de caché dans les cartons du Kunsthaus, qui a entrepris depuis le lancement de ses travaux d’agrandissement de montrer ses richesses méconnues? A vrai dire pas grand-chose, du moins sur le plan quantitatif. Installée dans deux salles du bâtiment de 1910, l’actuelle présentation comprend trente pièces, plus une gravure achetée récemment. Elle constitue l’aboutissement d’une étude du Tessinois Pier Francesco Mola montrée juste à côté. Trois dizaines, c’est peu d’autant plus qu’il demeure difficile de parler d’un ensemble très sélectif. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas là de bonnes choses, presque toutes entrées avant 1865 de manière inconnue dans les collections de ce qui restait alors un Kunstverein. Pour d’autres feuilles proposées, il n’y a guère comme indication de provenance qu’«Alter Bestand». Soit «Ancien fonds». Autant dire que ces dessins acquis depuis longtemps n’en sortent pas moins du néant.

Quelles intentions cachées?

Que retenir de cette exposition de poche? Plusieurs choses. Elle contient d’abord une œuvre célèbre, un grand Raphaël admis par tous les experts. Préparatoire à la «Chambre d’Héliodore» au Vatican, ce chef-d’œuvre faisait du reste partie en 2017 de l’exposition Raphaël de l’Albertina de Vienne (que je n’ai hélas pas vue). Un adoubement. Parmi les peintres rares et célèbres, Zurich possède un timbre poste du Corrège et un croquis un peu plus grand du Vénitien Palma Vecchio. Deux créateurs importants se voient représentés par des séries. Il y a huit superbes sanguines du Chevalier d’Arpin, l’un des plus importants fresquistes romains des années 1600, et trois Taddeo Zuccaro, qui travaillait dans la Ville éternelle trois générations plus tôt.

Le grand Raphaël. Photo Kunsthaus, Zurich 2020.

Si la présentation semble bienvenue, il reste permis de s’interroger sur ses intentions. S’agit-il là de rendre publique une petite série d’œuvres arrivées un peu par hasard dans le passé? Ou faut-il voir là un ensemble que le Kunsthaus souhaite développer? On sait que le musée alémanique privilégie, pour ses achats du moins, la création contemporaine. Mais il existe des exceptions, dues notamment à la présence de la spectaculaire salle de la Fondation Koetser contenant des tableaux italiens des XVIIe et XVIIIe siècle (Canaletto, Ricci, Mattia Preti, Magnasco, Salvator Rosa…). Il y  a quelques années, le Kunsthaus avait ainsi acquis, au prix fort à laTEFAF de Maastricht, l’une des plus belles toiles de Lanfranco encore en mains privées. Il a depuis main la main sur un Titien dont d'aucuns contestent l'autographie. Le domaine de l'art ancien est plein de chausse-trappe...

Pratique

«Die Poesie der Linie», Kunsthaus, 1, Heimplatz, Zurich, jusqu’au 26 avril. Tél.044 253 84 84, www.kunthaus.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, les mercredis et jeudis jusqu’à 20h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."