Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Surprise! ArtParis aura lieu du 10 au 13 septembre sous les voûtes du Grand Palais

Le vernissage est étiré. L'allée centrale élargie. La jauge limitée à 3000 personnes. Ce sera le premier salon d'importance ouvert depuis la TEFAF de Maastricht début mars.

Guillaume Piens, le commissaire général.

Crédits: Connaissance des arts

Tiens, une bonne nouvelle! Elles se font plutôt rares en ce moment. ArtParis vient de confirmer l’existence de ce salon pour cette année. La prochaine édition devient même toute proche. Elle aura lieu au Grand Palais (dont ce sera l’une des dernières ouvertures publiques avant les gigantesques restaurations prévues dès fin 2020) du 10 au 13 septembre. Le vernissage, car il y en aura bien un, est agendé pour le 9, étalé de 11 à 20 heures. Notons cependant que les VIP, qui sont décidément des privilégiés, pourront également voir le salon seuls comme des grands chaque matin de 10 à 12 heures avant que les lieux s’ouvrent au grand public.

Comment la chose est-elle possible? Très simple. La verrière du Grand Palais culmine à 45 mètres, ce qui crée un volume exceptionnel. Les organisateurs ont renoncé aux stands situés sur le balcon, comme à ceux collés le long des murs. L’allée centrale s’est vue élargie, ce qui menace de la faire ressembler à une autoroute. La jauge se limitera à 3000 personnes, un chiffre qui peut sembler très élevé. Il y aura bien sûr le gel hydratant et les masques. Plus, si possible, les distances sociales. Le Salon piloté par Guillaume Piens en «commissaire général» a donc obtenu les permissions nécessaires. Les «autorisations législatives». Le feu vert de la RMN, ou Réunion des Musée nationaux, dont relève l’édifice.

Franco-français

Qui viendra? Du côté des exposants, c’est clair. Les 112 galeries ayant confirmé leur participation sont presque toutes françaises. Il n’y aura que quelques touches internationales, dont une helvétique. Le 36 pour-cent des exposants débarquera là pour la première fois. ArtParis est parvenu à séduire des gens qui auraient normalement boudé, comme Jeanne Bucher ou Karsten Greve. Il faut dire que ce sera le premier vrai salon européen depuis la TEFAF de Maastricht en mars. La FIAC ne s’est pas encore prononcée pour l’automne. A vrai dire, elle fait peu parler d’elle en ce moment. Je dois enfin ajouter que les galeries présentes vont bénéficier à ArtParis d’une «remise de solidarité». Elles auront une ristourne de 15 pour-cent. De quoi faire regretter à la Biennale des antiquaires, qui devait avoir lieu juste après au Grand Palais, d’avoir jeté l’éponge un peu trop tôt.

Sur le plan des visiteurs, les ambitions ne sont ni celles de la Biennale, ni a fortiori de la FIAC. Guillaume Piens a dû admettre qu’il s’agissait d’une foire «locale et régionale». Même pas nationale! Les trois quarts du public attendu viendront ainsi d’Ile-de-France. Reste encore à savoir combien ces amateurs seront. Le Parcours des mondes, qui propose de l’art extra-européen dans les galeries de Saint-Germain-des-Prés, fera en effet de la concurrence. Les deux manifestations sont prévues aux mêmes dates…. Le Parcours s’apprête également à une édition franco-française. Sans clients américains. Mauvais pour l’image de marque. Certains participants s'en désolent. Mais mieux vaut cela que pas d’édition du tout!

Site

Tapez www.artparis.com 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."