Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Spécialiste de l'art gothique, le Français Alain Erlande-Brandenburg est mort à 82 ans

L'historien avait beaucoup écrit. Il a aussi dirigé les musées de Cluny et d'Ecouen. Plus les Archives nationales. Brillant, son parcours sera cependant resté très discret.

Alain Erlande-Brandenburg en 2017.

Crédits: Wikipédia

«L’art gothique n’obtient plus à notre époque les suffrages du public éclairé du XIXe siècle, qui y trouvait un moyen de s’exprimer contre les événements récents. Les romantiques s’en étaient emparés pour en faire un porte-étendard. Leur sensibilité était aussi vive que leurs connaissances limitées. Aujourd’hui, ce même public porte plus volontiers ses suffrages sur l’art roman, peut-être parce qu’il correspond mieux à sa soif de certitudes qu’il peut lui apporter, et que ne donne certainement pas l’art gothique.» Ces phrases ouvrent «L’art gothique» d’Alain Erlande-Brandenburg,un énorme livre paru en 1983 aux Editions d’art Lucien Mazenod (devenues depuis Citadelles & Mazenod). Une somme. L’ouvrage pèse su reste des tonnes.

Alain Erlande-Brandenburg est mort le 6 juin à Paris. Il avait 82 ans. Sa disparition n’a pas entraîné beaucoup de commentaires dans la presse, même spécialisée. Il faut dire qu’on parlait moins de l’homme depuis une ou deux décennies. Le ministère de la Culture s’est ainsi fendu d’une nécrologie pour le moins impersonnelle et plate. Une enfilade de lieux et de dates. Et puis soyons justes! Les historiens de l’art ne constituent pas des vedettes chez nos voisins, comme ils peuvent par exemple le devenir en Italie. Le regretté Federico Zeri n’hésitait pas à venir tonner sur les plateaux télévisés de Canale Cinque. Il semblait y  jouer du trombone. Je peine à imaginer l’équivalent sur les chaînes françaises. Le dernier membre de la profession ayant accédé à une notoriété publique outre-Jura me semble avoir été Daniel Arasse, disparu en 2003. Un homme particulièrement charismatique. Les ouvrages de ce dernier ne cessent du reste devoir réédités en poches.

Un chartiste

La carrière d’Alain Erlande-Brandenburg apparaît en revanche d’une suprême discrétion. Né à Luxeuil-les-Bains en 1937, ce chartiste s’est cantonné dans le Moyen Age. Sa seule modernité aura été de passer au XVIe siècle au moment il a créé, dans l’ancien château d’Ecouen, le Musée de la Renaissance. Une institution qui accomplit aujourd’hui encore un travail remarquable, même si le lieu apparaît pour le moins périphérique. Tout est parti pour lui d’une thèse au sujet pointu. Elle portait sur les «Funérailles et sépultures royales en France de la fin du VIIIe siècle à 1285.» La suite a navigué entre le CNRS, l’Ecole du Louvre et le Musée de Cluny, que l’homme finira par diriger. Tout comme plus tard les Archives de France, qu’il s’appliquera à réformer. Non sans peine.

L’historien a beaucoup écrit, ne quittant guère son pré carré. Son dernier ouvrage remarqué a ainsi été «La révolution gothique» en 2012. On y retrouve le même style clair et limpide que dans l’ouvrage paru trente ans plus tôt chez Mazenod. On jargonne peu en parlant d’art de culture anciens...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."