Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Sept millions pour l'inconnu baroque Johann Liss. C'est cher ou c'est pas cher, au fond?

Mort en 1631, le peintre est admirable, mais pas "grand public" pour un sou. Heureusement, en art ancien, c'est aujourd'hui la qualité qui prime.

"La tentation de sainte Marie-Madeleine". Il en existe une autre version.

Crédits: Sotheby's, Londres 2019.

C'est cher ou c'est pas cher? Tout reste affaire d'opinion et de moyens financiers. Au cours de la «Classical Week», qui vient de se tenir à Londres chez Christie's et Sotheby's, l'un des plus hauts prix a ainsi été atteint par un artiste quasi inconnu (1). Du moins des «outsiders». Il faut dire de Johann (ou Jan) Liss constitue une réévaluation relativement récente de l'histoire de l'art. N'empêche que sa «Tentation de Marie-Madeleine» s'est vendue le 3 juillet pour 5 665 200 livres, frais compris. Dans la fourchette de l'estimation. En opérant le change, j'arrive à sept de nos millions helvétiques. Mais tout le monde s'entend à dire qu'il s'agit là d'un des chefs-d’œuvre du peintre, mort jeune à Vérone en 1631. On ignore en effet quand Liss est né à Oldenburg, en Allemagne. Vers 1597, sans doute.

«Un prix pareil illustre l'idée qu'aujourd'hui la qualité prime», m'a confié un expert dans le domaine de l'art ancien. «Même anonyme, une toile de ce niveau dans un état pareil aurait obtenu une très grosse enchère.» L'acquéreur savait donc ici ce qu'il faisait, ce qui n'est pas tout à fait le cas pour le Caravage de Toulouse dont je viens de vous parler. Il s'agit du Metropolitan Museum of Art de New York. Subsistent cependant quelque privés prêts à payer une somme pareille pour une œuvre ayant dans les 400 ans. Il s'agit là d'un sujet religieux plutôt aimable. La plus belle version connue de cette toile de Liss, dont les réalisations existent souvent à plusieurs exemplaires. Copies d'époque, disent certains. Liss n'avait pas d'atelier. On peut aussi penser que ce bambocheur impénitent, installé à Venise après avoir passé par Anvers (où il a vu des Rubens) et Rome (où il a regardé les Caravage), n'a pas résisté à l'envie de répliquer. Les historiens nous disent qu'il ne travaillait que pressé par des besoins d'argent. Le reste du temps, il faisait la fête.

Préemption possible

Peu cité par les ouvrages grand public avant les années 1990, Liss est l'auteur d'autres toiles aujourd'hui bien connues. Lille possède une fulgurante «Découverte de Moïse». La National Gallery de Londres le spectaculaire «Judith et Holopherne» et l'extraordinaire «Chute de Phaéton». Un fascinant «Saint Jérôme écoutant la trompette du jugement dernier», tout dans les rouges et les rose, se trouve dans une église vénitienne. On croirait un tableau rococo peint avec un siècle d'avance. New York possédait déjà de lui un "Nymphe et berger". Mais, si le «Met» a mis autant d'argent en jeu, c'est pour que la toile se retrouve sur ses murs, et non dans ses caves.

Cela dit, «La tentation de Marie-Madeleine» n'a pas encore traversé l'Atlantique. Un musée ou même un particulier britannique peut se substituer pendant un certain temps à l'institution américaine. La préemption n'est pas uniquement étatique outre Manche. Il suffit que l'acquéreur montre son emplette 100 jours par an au public. La National Gallery sera-t-elle tentée par la «Tentation»? Difficile de répondre. Pour les uns, c'est «non» parce qu'elle détient deux sommets de l'Allemand de Venise (2). Elle semble donc bien servie. Pour les autres, c'est «oui». La NG deviendrait ainsi LE point de référence pour Liss, qui se trouve très rarement sur le marché de l'art. L'avenir tranchera comme toujours, et je ne suis pas devin.

(1) Notez que 3 135 000 livres chez Sotheby's aussi pour un dessins de Canaletto représentant l'intérieur de Saint-Marc, ce n'est pas mal non plus.
(2) Le XVIIe vénitien, méconnu, a vu le triomphe des «étrangers» sur la Lagune, du Génois Strozzi au Napolitain Giordano. Le siècle se termine ainsi avec un autre Allemand, le Munichois Johann Carl Loth (1632-1698). Un artiste abondant et nettement moins cher.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."