Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Scandale patrimonial. Tournai va détruire son pont médiéval

Construit au XIIIe siècle, le "Pont aux trous" gêne le passage de gros bateaux sur le canal Le Havre-Bénélux. Le monument classé doit disparaître.

Le pont, tel qu'il se présente maintenant.

Crédits: DR

C'est une nouvelle choquante. A partir du vendredi 2 août, comme j'ai pu le lire dans plusieurs journaux, notamment belges, le «Ponts aux trous» de Tournai sera non pas détruit, comme initialement prévu, mais «démonté». Vous apprécierez la différence. Il s'agit, ou plutôt il s'agissait là d'un des trois ponts médiévaux militaires du monde survivants. Reconstruit en partie après les bombardements de la dernière guerre, classé au patrimoine, reproduit partout en photo, il remontait dans sa structure au XIIIe siècle. C'est la municipalité de Tournai qui a décidé de sa disparition, en dépit de l'opinion publique et d'une pétition internationale ayant réuni 22 000 signatures (1). Dont celle bien sûr de Stéphane Bern. Notez que des gilets jaunes belges étaient aussi intervenus: «Touche pas à mon patrimoine.» Mais l'animateur TV et les contestataires politiques se retrouvent souvent sur la même longueur d'ondes...

Pourquoi ce geste insensé? Afin de faire passe sur le canal des bateaux de plus gros tonnages. Lors de la reconstruction des années 50, l'arche centrale s'était déjà vue rehaussée de près de trois mètres. Le cours d'eau se trouve aujourd'hui le long de la ligne Le Havre-Bénélux. Le Conseil de l'Europe cofinance du coup de cette opération menaçant de faire perdre à Tournai son inscription à la Liste de l'Unesco (2). Une liste où la cité se retrouve il est vrai surtout en raison de son extraordinaire cathédrale, qui mériterait (elle!) de gros travaux. Mais cela dit, que représente aujourd'hui encore l'organisation internationale? Si on en parlait encore du temps de sa directrice bulgare Irina Bokova, l'Unesco semble amorphe depuis que la Française Audrey Azoulay en occupe (par on ne sait trop quel miracle) la tête. Aucunes nouvelles sur le fonds patrimonial. C'est à se demander parfois si la dame fait autre chose que se curer les ongles.

Le pont, tel qu'en portera la responsabilité l'architecte Olivier Bastin. Photo J.-C. Daru, Photodaylight

Cela dit, le tourisme forme le gagne-pain de Tournai. Une ville belge devenue pauvre, avec un revenu moyen tournant autour de 13 000 euros par an (chiffre de 2011) et un taux de chômage assez effrayant. Ce n'est hélas pas la population qui bénéficiera des retombées du nouveau pont imaginé par Olivier Bastin, en conservant tout de même les deux tours. Une concession. Deux tours de passe-passe. Il y a comme cela des architectes sont on devrait retenir le nom.

Sénanque sauvé!

Allez! Une bonne nouvelle pour terminer. J'ai lu, dans «La Tribune de l'art» cette fois, que l'abbaye de Sénanque était sauvée. Je vous ai dit que ce joyau de l'art roman risquait de s'écrouler à cause d'une restauration catastrophique effectuée dans l'immédiat après-guerre. Les moines ont trouvé le gros de l'argent. Stéphane Bern, toujours lui, s'est ému. Sénanque a été inscrit dans son loto. Les comptes semblent bons. Ils seraient meilleurs encore sans gaspillage d'argent au Grand Palais, au Louvre, à l'abbaye de Saint-Denis et sans doute bientôt à Notre-Dame. Mais Paris ne forme-t-il pas la vitrine d'une France transformée en grand magasin?

(1) La ville elle-même compte 70 000 habitants. Un chiffre remarquablement stable depuis 1840.
(2) Dresde a perdu il y a quelques années sa place sur la Liste de l'Unesco à cause d'un nouveau pont construit dur l'Elbe.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."