Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

San Francisco a un nouveau Van Gogh. Seul problème, le tableau semble assez nul!

Le Musée Van Gogh a donné son aval, après deux ans d'expertises, à une "Nature morte aux fruits et aux châtaignes", que le Fine Arts Museum détient depuis 1960. C'est hélas une croûte.

Le tableau, qui figurera désormais aux cimaises du musée.

Crédits: Fine arts Museum, San Francisco 2019.

C'est un nom magique, comme Léonard de Vinci, Le Caravage ou Vermeer, dont il est pourtant de loin le cadet. Pas étonnant, dans ces conditions, s'il apparaît épisodiquement de supposés Vincent van Gogh. Je dis bien «supposés». Le Hollandais n'est en effet pas resté bien longtemps un peintre maudit après sa mort en 1890. Dès le début du XXe siècle, les premiers faux sont apparus. Difficile, dans ces conditions, de savoir quels tournesols sont précisément sortis de sa main, ou plutôt de son pinceau.

Déjà riche en Van Gogh, le Fine Arts Museum de San Francisco possède aujourd'hui un spécimen de plus. Après deux ans d’analyses diverses, qui ont notamment permis de découvrir sous la composition actuelle un portrait inachevé de femme, le Musée Van Gogh d'Amsterdam a donné son aval à la «Nature morte avec fruits et châtaignes». Une petite toile, qui daterait des années parisiennes de l'artiste. Le musée de San Francisco détenait l’œuvre depuis 1960. Un couple aujourd'hui décédé la lui avait offerte. Il l'avait acquise à Berlin en 1922, ce qui épargne à tout le monde une nouvelle et délicate recherche en possible spoliation. Seulement voilà! Cette peinture ne figurait dans aucun catalogue raisonné. Pour tout dire, elle était apparue pour la dernière fois dans une exposition allemande de 1912. Autant dire que c'est loin...

Sacralisation

Tout roule donc pour Thomas Campbell, directeur de l'institution depuis fin 2018. Il faut dire que le cher homme a besoin de tranquillité. Il avait dû quitter en 2017 pour des affaires de gestion financière la tête du Metropolitan Museum de New York, qui se se situe bien sûr quelques échelons au-dessus de San Francisco dans la hiérarchie des valeurs américaines. Un poste aujourd'hui occupé par l'Autrichien Max Hollein.

Il n'y a en fait qu'un problème, mais de taille. Je vous laisse juge, bien sûr. La dite «Nature morte avec des fruits et des châtaignes» me semble personnellement une croûte. Vincent van Gogh n'était pas génial tous les jours. Dans ces cas-là, il se montrait capable de choses non seulement médiocres, mais parfois même ratées. Une nullité aujourd'hui sacralisée. Enlevez ici le nom et mettez la chose que je vous montre à même le sol dans un marché aux puces. Y aurait-il un client à, je ne sais pas moi, 200 dollars? Je n'en suis pas sûr. A force de faire des expertises et des authentifications, on en vient trop souvent à ne plus vouloir regarder ce qui se trouve réellement sur le tableau.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."