Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Saint-Cloud devrait avoir son Musée du Grand Siècle en 2024

Président honoraire du Louvre, Pierre Rosenberg pensait donner sa collection aux Andelys. Le projet a capoté. Il renaît sous une forme étoffée aux portes de Paris.

Pierre Rosenberg avec sa légendaire écharpe rouge.

Crédits: Youtube

C'est, comme on peut l'imaginer, lejournal en ligne «La Tribune de l'art» qui a annoncé le 8 juin lanouvelle. Le sujet se situe au beau milieu de son précarré. Le Musée du Grand Siècle va s'installer à Saint-Cloud, auxportes de Paris. Ouverture prévue en 2024, ce qui laisse du temps àl'eau pour couler sous les ponts, d'autant plus que nous sommes en front de Seine. Le projet s'est vu confié à Alexandre Gady, néen 1968. Un ardent défenseur du patrimoine. La preuve! Cet homme, d'un rapport par ailleurs agréable, donne régulièrement des boutonsaux élus s'attaquant aux «vieilles pierres». Or Dieu sait s'ilexiste en France!

J'avais eu vent de l'affaire en mars,mais il ne fallait pas en parler. Il y avait à cela une bonne et unemauvaise raison. La première, c'est que les négociations entre leDépartement des Hauts-de-Seine et les initiateurs n'avaient pas encore abouti, même si elles semblaient en bonne voie.La seconde demeurait une crainte. L'idée avait été lancée par PierreRosenberg, président honoraire du Louvre et académicien français,il y a des années pour Les Andelys. Le lieu de naissance de NicolasPoussin, l'idole de l'historien. Mais le Département de l'Eure, quin'est pas riche, se montrait dubitatif et surtout hésitant. «L'hommeà l'écharpe rouge» avait pourtant promis sa collection, richenotamment de 3300 dessins anciens. Pierre Rosenberg, 83 ans, a donc dû commencer à regarder ailleurs. Et l'herbe étaitplus verte à côté du parc de Saint-Cloud.

Le bon interlocuteur

Il fallait l'interlocuteur et un lieu.Le premier s'est facilement trouvé en la personne de PatrickDevedjian, président du Conseil départemental. Un homme passionnépar le Siècle de Louis XIV et lui-même collectionneur. LesHauts-de-Seine avaient de plus acquis il y a trois ans années laCaserne Sully, bâtie entre 1825 et 1827 par Eugène Dubreuil pourles troupes de Charles X. Un lieu déserté par l'armée en 2008.Celle-ci était alors ravie de céder pour 11 millions d''euros l'énormebâtiment, peu riant au jugé des photos. Il s'agissait alors decaser les archives des Hauts-de-Seine. Mais ces Hauts ont récemmentconnu des bas. Ils vont connaître une fusion territoriale avec lesYvelines voisines. Ce sont celles-ci qui abriteront les ditesarchives. D'où un besoin de réaffectation qui tombait à pic.

La caserne, dans le état actuel. Photo "Le Parisien".

Vu la taille de l'édifice, lacollection Rosenberg ne suffisait bien sûr pas. Cela a permis aux promoteurs(dans le bon sens du terme) de voir pour une fois large. Il existaità Paris Orsay pour la fin du XIXe siècle. Beaubourg, pour le XXe.Ecouen en grande banlieue pour la Renaissance. Pourquoi ne pasprévoir une institution accueillant, outre diversescollections privées en quête d'un destin, des œuvres volontiersmonumentales du XVIIe laissées dans des réserves de la capitale ou dediverses villes de province? Accessible en métro et en tram,Saint-Cloud leur donnerait une visibilité, d'autant plus que le parcest à côté, tout comme la Manufacture et le Musée de Sèvres,national lui. Un endroit à qui il faudra un jour remonter lesbretelles. Pour le moment, il reste sinon à l'abandon, du moins très délaissé.

Un lieu à remodeler

Alexandre Gady aura les coudéesfranches dans l'ex-Caserne Sully. Le bâtiment ayant brûlé pendantla Guerre de 1870, tout comme le proche château de Saint-Cloud, iln'y a rien à maintenir en l'état. à l'intérieur. Il semble qu'il profitera del'occasion pour démolir les adjonctions postérieures, devenuesinutiles. Gady (dont l'épouse Bénédicte est spécialiste deCharles Le Brun, lumière du Grand Siècle) n'était initialement pasprévu pour ce chantier. Aux Andelys, le musée en préfigurationavait été confié à Guillaume Kientz, conservateur des peinturesespagnoles et sud-américaines (il n'y en a pas beaucoup, de cesdernières!) au Louvre. Ce jeune spécialiste (Guillaume est né en1980) avait organisé à ce titre l'exposition Velázquez au GrandPalais en 2015. Seulement voilà! Entre deux tergiversationsnormandes, Kientz s'est vu happé par le Kimbell Art Museum de FortWorth, au Texas, qui doit verser des salaires plus consistants queParis. Il est parti s'y occuper des collections européennesanciennes, tout en gardant un orteil en France. Je l'ai croisé il ya peu de temps du côté de Drouot.

Il n'y a plus qu'à espérer que toutse passe bien. Reste que 2024, c'est loin!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."