Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

REVUE/"Arts & Cultures", la revue du Musée Barbier-Mueller, est sorti

Crédits: DR

Il a paru. C'était bien normal. Le numéro annuel d'«Arts & Cultures» contribue en 2017 à souffler les bougies. Le Musée Barbier-Mueller, qui présente en ce moment la remarquable exposition «6000 ans de réceptacles», rue Calvin, fête ses 40 ans. La dite présentation se révèle hélas doublement funèbre. Elle a été conçue avec Michel Butor, disparu en août dernier. Le 22 décembre mourait à Genève Jean-Paul Barbier-Mueller, qui était le créateur de l'institution privée et l'âme d'une collection familiale se poursuivant désormais de manière différente avec son épouse, ses enfants et (déjà) quelques-uns de ses petits-enfants. 

A quoi allait ressembler la mouture 2017? S'agirait-il de la fin d'une époque ou d'une vision renouvelée? Je penche pour la première solution. Avant de tirer sa révérence à 86 ans, Jean-Paul Barbier-Mueller avait eu le temps de mettre la main à ce numéro, réalisé avec son brio habituel par Laurence Mattet, la directrice du musée. Il y a même quelques pages, sortant cette fois de l'amusant clabaudage sur le marché des art tribaux, de sa rubrique «Confidentiellement vôtre». Un anniversaire, cela se prépare. JPBM avait donc pensé à un portfolio regroupant, comme il se doit, quarante objets des collections. Mais attention! Des pièces inédites. Certaines constituaient d'ailleurs des acquisitions toutes fraîches, comme le grand (59 centimètres de haut!) masque de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Baie de l'Astrolabe, Côte du Rai. L'homme n'a jamais cessé de compléter un ensemble par ailleurs changeant. Certains objets, achetés en décembre 2016, n'ont été livrés qu'après son décès...

Hommage au Grand Palais 

Et autrement, que trouve-t-on dans «Arts et Cultures»? Eh bien le mélange habituel des continents et des époques, puisque l'archéologie passionnait (de plus en plus, du reste) le collectionneur. Il est aussi bien question des mystérieux «Barbus Müller», acquis en 1939 par Josef Müller, que du rock touareg. L'art précolombien du Venezuela trouve sa place près d'une mystérieuse statue du Cameroun. Alain-Michel Boyer, une autorité en matière de culture africaine, parle de «la pérennité de l'immatériel». Un texte qui devrait intéresser les tenants du retour des objets en Afrique. Ils ne le liront pourtant pas par méconnaissance et par peur de voir écornées certaines de leurs certitudes. C'est l'idée du masque qui importe et non sa réalisation matérielle. Comme au Japon l'idée du temple, qui doit toujours rester neuf. 

Voilà. Les festivités du 40e se poursuivront par ailleurs cet automne. Il y aura des objets en visite dans de nouvelles institutions suissses et étrangères. Le point d'orgue sera, du 11 au 17 septembre, l'hommage rendu sous la voûte du Grand Palais parisien au moment de la Biennale des Antiquaires. Une biennale devenue annuelle. Cette contradiction temporelle avait d'ailleurs beaucoup amusé Jean-Paul Barbier-Mueller...

Pratique 

«Arts & Cultures», revue annuelle édité par le Musée Barbier-Mueller, 273 pages.

Photo (DR) Jean-Paul Barbier-Mueler avec Blancehtte Rockefeller lors de l'inauguration du musée, en 1977. Il se trouvait alors tout près de l'ancienne Ecole de Chimie.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."