Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Remous culturels en Espagne après la "générosité" de l'Etat pour la baronne Thyssen

Après dix ans de tractations avec neuf ministres de la Culture successifs, "Titta" Thyssen a réussi à louer 439 tableaux pour 6,5 millions d'euros par an.

Carmen Thyssen devant un de ses tableaux.

Crédits: Artnet.

Ouf! C’est fait. Il ne reste plus qu’à ce croiser les doigts, au lieu de les utiliser pour faire les cornes. L’accord n’a toujours pas été signé, même si les prémices de la nouvelle datent de début février (1). Mais la baronne a dit oui au bout de dix ans de palabres ayant usé neuf (oui neuf, ils sont ici plus éphémères encore qu’en France) ministres de la Culture. Carmen Thyssen va donc laisser ses tableaux en location à l’Espagne. Avec elle, jamais rien de gratuit, même si Wikipédia la qualifie curieusement de «philanthrope». Le pays devra lui verser une petite rente de 6,5 millions par an pendant quinze ans. Dans un geste de magnanimité, la dame a consenti un rabais de 500 000 sur les sept millions exigés au départ…

Le ministre de la Culture José Manuel Rodriguez Uribes. Photo DR.

Pour ce prix, le Museo Thyssen Bormenisza pourra présenter à Madrid 429 de ses tableaux, en sus de ceux du baron Heinrich Jr., acquis pour 350 millions de dollars par l’Espagne en 1993. Ce chiffre représente une partie seulement des œuvres acquises par cette ambitieuse, qui s’est faite à la force de ce qu’on espère être le poignet. Miss Espagne 1961 et mariée en première noce à une star hollywoodienne déclinante (1), Carmen n’est pas du genre à mettre tous ses œufs dans le même panier. Le veuvage lui réussit (Heinrich est mort en 2002). Un musée porte son prénom à Malaga depuis 2011. Un autre à Andorre, où elle réside fiscalement. Il s’est vu inauguré en 2017. Un troisième doit encore s’ouvrir à Sant Feliu de Guixals dans deux ans. Andorre lui a d’ailleurs servi à forcer l’accord du ministère. La baronne avait emporté là un Gauguin, dont elle assurait pouvoir tirer 250 millions d’euros à la vente. Une manière de prouver qu’elle n’allait pas se laisser rouler dans la farine, comme feu son époux, qui s’était contenté de 350 misérables petits millions.

Un ministre ravi de lui-même

Le Gauguin, comme quelques autres toiles prestigieuses, va donc rentrer à Madrid. Une ville où la victoire de la dame suscite depuis février de gros remous dans les milieux culturels. Comment le pays, en proie à graves difficultés financières, peut-il promettre près de 100 millions à une femme n’ayant besoin de rien, alors que les gens des arts, du théâtre, de la musique ou du cinéma crient famine? Tout le monde reste loin d’éprouver les mêmes sentiments que le ministre actuel José Manuel Rodriguez Uribes (un socialiste), qui se dit ravi de l’opération. Il ne faut pas oublier qu’en 2010, l’insatiable baronne demandait pour la cession cette fois de sa collection, 700 millions d’euros. Ils ne lui avaient pas été accordés.

La baronne. Photo officielle. DR.

Autrement, Carmen (dite «Titta») reste un «people» hispanique. A 77 ans, la cinquième et dernière épouse de Heinrich Thyssen Bormenisza ressemble d’assez loin à ses photos, très retouchées. Des questions, bien entendu financières, l’opposent à son fils Borja qu’elle était parvenue à faire adopter par son époux. Un monsieur de 42 ans qu’on voit beaucoup dans les magazines avec son épouse et leurs cinq enfants. La baronne a aussi deux filles adoptives, dont «Hola!» parle moins Que voulez-vous? L’argent ne fait pas le bonheur, même quand on en veut toujours davantage…

(1) J’avais lu ça à l’époque. Je ne me montre pas toujours réactif.
(2) Lex Barker, ex-Tarzan recyclé dans des westerns tournés… en Allemagne.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."