Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

RAPPORT/Le marché de l'art aurait brassé 45 milliards de dollars en 2016

Crédits: Marcel van Hoorn/AFP

«Plus grande foire du monde», dans la mesure où elle se veut généraliste (contrairement à Art/Basel) et compte près de 300 participants triés sur le volet, la TEFAF de Maastricht se déroulera cette année du 10 au 19 mars. L'ouverture au public sera précédée d'un vernissage sans doute aussi gigantesque que d'habitude. Une année, on avait ainsi compté 13 000 invités, ce qui fait beaucoup de petits fours à préparer. La foire est aussi précédée par un rapport très attendu. Il s'agit de celui sur l'état du marché de l'art. Toute une équipe y travaille sur le niveau mondial. Sa direction a changé. C'est Rachel A. J. Pownall qui en a assuré cette fois la direction, après la défection en juin 2016 de Clare McAndrew partie pour... Art/Basel. Clare avait signé huit rapports. 

Alors, comment va le marché? Commençons par les généralités. Il est «solide et résistant.» Bref, il «se porte à merveille.» Les chiffres des ventes ont rapporté l'an dernier 45 milliards de dollars. Ce chiffre représente une hausse de 1,7% par rapport à 2015. Le rapport mitonné à Maastricht a pourtant adopté une définition plus stricte des marchands et galeries, «afin de représenter concrètement le secteur tel qu'il existe aujourd'hui.» Il faut dire qu'il s'agit là du secteur le plus flou. Que compte-on dans le total? Comment inclure le Net? De quelle manière additionner les chiffres d'affaires de tous les galeristes antiquaires du monde et, pourquoi pas, les brocanteurs? Il y a de plus fatalement un marché un peu gris, voire franchement noir.

L'Europe en tête

«L'Europe reste le continent le plus important avec 20,5 milliards de dollars.» Viennent ensuite les continents américains (14,5 milliards) et l'Asie (près de 10 milliards). Pour le qui est des pays, c'est en revanche les Etats-Unis qui viennent en tête avec 29,5%, suivis par le Royaume-Uni (24%) et la Chine (18%). Le gros changement de 2016 est «la chute spectaculaire des ventes aux enchères mondiales». Avec 16,9 milliards de dollars, on en arrive à 18,8% de moins qu'en 2015. C'est cependant le volume qui a surtout diminué. Il y a eu 21,5% d’œuvres en moins proposées dans les différentes vacations. 

Ce phénomène de rétraction a été surtout marqué aux USA. Moins 41%. dans le produit des ventes aux enchères, l'Europe limitant les dégâts à moins 13%. «A contrario, le marché des enchères en Asie est resté stable et cette région en emporte maintenant la plus grande part, à hauteur de 40,5%.» La Chine domine du coup le marché si l'on tient compte des seules enchères.

Un rapport vraiment neutre? 

Chaque année, certains experts indépendants se demandent si le rapport de la TEFAF, après tout produit par des marchands et non pas par Christie's ou Sotheby's, ne favorise pas les tractations de gré à gré entre galeristes et clients. «Il Giornale dell'Arte», un mensuel italien particulièrement pointu, se posait ainsi beaucoup de questions (bien sûr soumises à ses lecteurs) après la lecture de l'ultime rapport de Clare McAndrew en 2016. Et je signale que Rachel A. J. Pownall détient la chaire TEFAF des marchés d'art de la School of Business Economics de l'Université de Maastricht. 

La TEFAF aura donc lieu au MECC de Maastricht du 10 au 19 mars. Site www.tefaf.com Il y aura ensuite TEFAF Spring à l'Armory Show de New York du 4 au 8 mai. La foire est avant tout tournée vers l'art moderne et contemporain. L'art ancien se retrouve plutôt à New York lors de TEFAF Fall en automne. 

Photo (Marcel van Hoorn/AFP): L'entrée dans la TEFAF au MECC, toujours fleurie. La foire se veut un temple du luxe.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."