Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Que verrez-vous à Paris en 2020? Ma sélection du Grand Palais à la Fondation Vuitton

Les programmes se dévoilent l'une après l'autre. Il y aura beaucoup d'expositions, tandis que la Fondation Pinault devrait ouvrir et le Palais Galliéra rouvrir. Je vous débrouille le terrain.

Christian Louboutin au Musée de la Porte dorée. Le choix le plus inattendu.

Crédits: Christian Louboutin

La Réunion de Musées nationaux (RMN), qui ne regroupe plus les activités du Louvre, d'Orsay ou de Pompidou, annonce son programme 2020. Une petite année, vu que le Grand Palais va fermer. On parle d'un bâtiment provisoire devant la Tour Eiffel, mais il n'en est pas question dans le communiqué. Il s'agirait selon moi d'une dépense absurde. Le Patrimoine aurait grand besoin des quelques 40 millions évoqués. De plus, l'an prochain verra l'ouverture à Paris de la Fondation Pinault, tandis que Bordeaux inaugurera ses Bassins de Lumière et que Deauville (oui, Deauville!) proposera au public Les Franciscaines. Dans un ancien couvent, bien sûr. La France me semble en pleine surproduction culturelle, tout comme la Suisse d'ailleurs. Cela se note déjà aujourd'hui avec de faibles fréquentations.

Qu'y aura-t-il en 2020? J'ai fait un tri tourné sur la capitale. Tout commencera le 28 mars avec Pompéi au Grand Palais. Dans le Salon d'Honneur, autrement dit dans l’espace plutôt réduit accueillant naguère la photo, se déroulera une expérience immersive. Il ne restera plus aux visiteurs qu'à appeler les sauveteurs. Fin de la catastrophe le 15 juillet. Le gros morceau du bâtiment sera consacré au 8e art du 8 avril au 6 juillet. Noir & blanc offrira un aperçu des collections photographiques de la Bibliothèque nationale de France, dont le musée serait aux dernières nouvelles enfin prêt en 2021. Images argentiques toujours, Man Ray occupera du 9 avril au 27 juillet le Luxembourg avec ses clichés de mode.

La phot de Ario Giacomelli annonçant "Noir & blanc". Photo Succession Mario Giacomelli, RMN 2019.

Plus de Grand Palais ensuite avant fin 2024! Le Luxembourg proposera seul, du 30 septembre 2020 au 24 janvier 2021 ses Femmes peintre, Des artistes comme les autres. Une présentation tournée autour de la production des années 1780 à 1830. Un moment où l'Académie, les Salons et la clientèle particulière ont fait fête à des créatrices pour la plupart oubliées de nos jours, à l'exception d'Elisabeth Vigée-Lebrun. J'ajouterai pour terminer D'Alésia à Rome, L'aventure archéologique de Napoléon III. Un beau sujet pour le Musée d'archéologie nationale, logé au château de Saint-Germain-en-Laye. L'édifice a été restauré par l'empereur en question, qui se passionnait bien avant Astérix pour les Gaulois.

Et autrement? Là aussi, je vous propose une sélection. Subjective, comme il se doit. Le Louvre sera Corps et âme du 6 mai au 17 août avec de la sculpture italienne, de Donatello à Michel-Ange. Le dessous de la Pyramide se verra ensuite occupé du 29 octobre au 8 février 2021 par Taharqa, Pharaon des Deux Terres. Une exposition sur les fameux «pharaons noirs», venus de l'actuel Soudan. Le Louvre aura auparavant présenté Soulages pour ses 100 ans, ce qui fera glisser cette gloire nationale dans le passé plus que dans l'avenir (du 11 décembre au 9 mars 2021). Orsay aura comme vedettes l'an prochain le Nantais James Tissot du 24 mars au 19 juillet, puis le Belge Léon Spilliaert et l'Anglais Aubrey Beardsley, mort à 26 ans en 1892 (du 5 juin à 13 septembre).

Aubrey Beardsley à Orsay. Photo Victoria & Albert Museum, Londres 2019.

Le Musée de la Porte Dorée se penchera du 25 février au 28 juillet sur Christian Louboutin. Mais oui! Le chausseur est d'origine bretonne. Pourquoi le Musée de l'immigration? Il me semble plus logique de montrer Louis de Funès à la Cinémathèque française du 1er avril au 31 juillet. Matisse en France sera la vedette d'un Beaubourg en travaux du 20 mai au 28 août. Baselitz viendra après lui au Centre du 9 octobre au 8 janvier 2021. Botticelli reprendra du service du 11 septembre au 25 janvier 2021 au Musée Jacquemart-André. L’âge d'or de la peinture danoise constituera le premier gros effort du Petit Palais d'avril à août, mais l'institution municipale nourrit d'autres projets. Giorgio de Chirico et ses amis métaphysiques se retrouveront du 1er avril au 13 juillet à l'Orangerie. Sarah Moon ira, elle, au Musée d'art moderne de la Ville de Paris d'avril à août. La photographe se verra présentée en tandem avec Victor Brauner.

Autrement, la Fondation Pinault ouvrira donc dans l'ex-Bourse du Commerce. Ce sera normalement en juin. Le Palais Galliera, consacré à la mode, rouvrira enfin ses portes en octobre 2020 avec Vogue Paris, 1920-2020. La Fondation Vuitton, elle, espère faire faire aussi bien grâce à Morozov qu'avec Chtchoukine. Les tableaux modernes, de Gauguin à Picasso, viendront donc de Russie. Ce sera quelque part dans l'automne. Je ne dispose pas encore de dates précises. D'ailleurs, je m'arrête là. Ce sera tout pour aujourd'hui.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."