Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Que subsiste-t-il de l'oeuvre de Georges Méliès? Voici quelques pistes sur la Toile

A ce jour, le 41 pour-cent des 520 productions tournées entre 1896 et 1913 a refait surface. C'est énorme pour le cinéma de l'époque. Mon choix sur le Net.

La rarissime affiche originale (1912) d'"A la conquête du Pôle".

Crédits: DR.

Découragé, dégoûté, Georges Mélies (1861-1938) vend dans les années 1920 la pellicule nitrate de ses anciens films. Elle peut servir à des artisans pour fabriquer de menus objets. Je vous ai dit ça dans le texte précédant immédiatement ce second article sur le cinéaste. Tout n’a cependant pas disparu. Loin de là! Dans son livre, à la partie consacrée à «Méliès aujourd’hui», Laurent Maronni explique ainsi qu’à l’heure actuelle 214 titres (dont 32 ont été coloriés image après image par des mains féminines) sont retrouvés. Certains même récemment. L’un d’eux est apparu en République tchèque en 2014. L’émergence du dernier film produit par Méliès à Montreuil, «Le voyage de la famille Bourrichon», apparaît plus proche de nous encore. Tout le monde est cependant d’accord pour estimer que ce genre d’exhumation se fera toujours plus rare. D’abord, parce qu’on a déjà beaucoup cherché. Ensuite parce que le support nitrate se décompose au fil du temps (un temps de durée imprévisible), amenant de graves risques d’incendie. Une conservation séculaire tient forcément du miracle.

Un aussi riche matériel (le 41 pour-cent de la production totale de 520 titres, pour être exact) apparaît exceptionnel pour l’époque. Jeté massivement au rebut lors de la généralisation du film parlant en 1930, le cinéma muet a connu un immense naufrage, surtout pour les deux premières décennies (1900-1920). Destructions, mais aussi accidents. En 1937, les anciennes réserves de la Fox sont ainsi parties en fumée bien involontairement. La chose explique, pour prendre un seul exemple, qu’il ne subsiste qu’un seul long-métrage (excellent) signé Raoul Walsh des années 1910 sur environ 40, en dépit de toutes les recherches des cinémathèques. Sans problème de langue, le muet connaissait une très large diffusion internationale. Aiguillonné par la présence de Madeleine Méliès-Malthête (la petite-fille du cinéaste) à la Cinémathèque Française dès 1943, le nombre des sauvetages Méliès a sans doute bénéficié de la précocité des investigations.

Etat de conservation variable

La chose ne signifie cependant pas que les quelque 214 sujets retrouvés soient complets et en bon état. Certains se trouvent réduits à l’état de lambeaux. D’autres de fantômes. L’internaute peut facilement en juger. La présence de Méliès sur la Toile se révèle en effet abondante. L’existence de lointains droits d’auteur gêne moins pour ce type de productions très anciennes. Certains films "postés" arrachent littéralement les yeux à force de flous ou de rayures. La chose souligne leur âge. Les plans se révèlent par ailleurs souvent très longs. Celui d’ouverture de «Le voyage dans la lune» de 1902 se prolonge plus de deux minutes, alors que la durée moyenne d’un plan actuel, vu l’impatience des jeunes générations, est devenue de deux secondes.

"Au royaume des fées". Méliès colorié au pochoir. Photo DR.

Mieux vaut du coup se concentrer sur les bonnes copies. S’il fallait en choisir deux, je retiendrais d’abord une superbe version coloriée et complète de «Au royaume des fées» de 1903, qui affiche fièrement ses 162 347 «vues». Méliès y apparaît sous son meilleur jour. Il y a aussi, avec des intertitres de 1912 en allemand, une copie très nette (en noir et blanc) de «A la conquête du Pôle». A titres de curiosités, mais là il faut avoir du courage, je citerais aussi le «Dreyfus» militant de 1899 et la «Jeanne d’Arc» express (tout est bouclé en un quart d’heure) de 1900.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."