Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Prestige vaudois et social genevois

Genève aura dès cette année sa «Nuit de la photo». Comme Lausanne. Elle aura lieu le 15 octobre. La Ville imite une fois de plus sa concurrente vaudoise, dont l’Elysée constitue un fer de lance même si le musée a perdu son caractère unique en Europe.

On sait que Genève dépense (ville, communes et canton) un argent considérable pour la culture, prise dans son sens le plus large. Seule Bâle-Ville débourse davantage: 952 francs par habitant contre 829. Vaud reste infiniment plus modeste: 316. Des cités comme Montreux, Yverdon ou Vevey y développent pourtant des politiques ambitieuses. Musées, musiques et centres culturels.

La politique s’y révèle en fait très différente. Vaud met le paquet sur ce qui se voit, même à l’étranger. Si l’ECAL lausannoise a perdu de sa superbe face à l’ambitieuse HEAD genevoise, le Ballet Béjart Lausanne reste un excellent produit d’exportation. Mieux géré que les musées d’art et d’histoire, Plateforme10 sait faire parler de lui rien que par son chantier. L’EPFL s’est découvert une vocation artistique. L’Hermitage propose des expositions de niveau européen.

Un rôle inavoué

A Genève, la culture officielle a développé un rôle social et politique inavoué. Il s’agit de mobiliser un maximum de monde, quitte à faire exploser les frais d’administration et d’occuper la population. D’où la création chaque année de choses se parant du titre de festival. Surtout dans la musique pop et le cinéma. Il y en a plus de cent. La population doit sans cesse être distraite. Peu importe finalement l’écho national et international. Panem et circenses. Ces mots latins n’ont pas perdu de leur actualité. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."