Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Pour ses 200 ans, la Banque Mirabaud offre la gratuité au public du musée

Fondée en 1819, la banque Mirabaud s'intéresse depuis longtemps à la création actuelle. C'est une option qui date du temps de Pierre Mirabaud, aujourd'hui retiré. Pour fêter l'anniversaire, elle prend les entrées de 2019 à sa charge.

Une vue de l'actuelle rétrospective dédiée à Mai Thu Perret.

Crédits: Annik Wetter, Mamco, Genève 2018

C'est un beau cadeau d'anniversaire. D'autant plus beau qu'il émane du jubilaire. Pour ses 200 ans, la Banque Mirabaud offre la gratuité au public du Mamco jusqu'à la fin décembre. Un musée auquel elle est depuis longtemps liée. Contrairement à ce qui se passe en temps normal, plusieurs fées bancaires se penchent en effet sur l'institution genevoise vouée à l'art moderne et contemporain. De vingt-trois ans plus âgé que Mirabaud, Lombard-Odier «mécène» aussi les lieux. Il faut dire que donner de l'argent à la création actuelle est devenu «trendy», comme on disait il y a quelques années. La chose donne l'idée d'une activité tournée vers l'avenir, alors que l'art classique passe pour traditionnel, timoré et conservateur.

Dans le cas de Mirabaud, parler d'opportunisme se révélerait cependant malvenu. Je me souviens encore de l'ancienne banque, boulevard du Théâtre. Le joli bâtiment en pierres de taille abritait l'une des plus petites banques privées genevoises. S'il y avait des tableaux aux murs, ils étaient signés Pierre-Louis de La Rive (1753-1817). Rien ne semblait devoir jamais bouger. Il aura fallu l'arrivée de Pierre Mirabaud, avec qui j'ai été à l'école au début des années 1960, pour que les choses changent. La raison sociale a pris de l'ampleur. Beaucoup d'ampleur. Installé dans les anciens locaux de Pictet boulevard Georges-Favon, Mirabaud gère aujourd'hui selon son site 33,4 milliards. Des bureaux se sont ouverts un peu partout, plus vite à l'étranger d'ailleurs qu'en Suisse allemande. Les collaborateurs sont du coup actuellement 700. Et l'art contemporain a fait son apparition par goût profond de Pierre, en même temps que la banque se mettait aux sports. Sports chics, cela va de soi. Le football ne fait pas trop bon ménage avec la gestion de fortune.

Soutenir l'intendance

Pierre Mirabaud s'est rapproché du Mamco, comme son collègue Pierre Darier tragiquement disparu il y a un an. Il a aussi regardé du côté du Centre d'art contemporain. Un engagement de longue date, dans le premier cas. Aujourd'hui que l'homme a pris sa retraite du côté de l'Asie, il est normal que ses successeurs continuent. Il me semble judicieux qu'il le fassent dans un genre délaissé. Si des maisons prestigieuses s'associent volontiers à un achat dispendieux ou à un nouvel édifice portant si possible leur nom, il demeure rare qu'ils se soucient de l'intendance. Offrir des ouvertures en nocturne est le plus audacieux que j'aie ici vu dans le genre. Ici, billetterie entière se voit prise en charge pour un an, comme les activités de médiation du dimanche. En allant au Mamco en 2019, vous pourrez vous dire que vous êtes en quelque sorte subventionnés.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."