Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Pompidou Metz se penche sur "L'aventure de la couleur" aux XXe et XXIe siècles

La directrice Emma Lavigne a pu puiser dans les collections de Beaubourg pour une exposition joyeuse qui part du fauvisme pour déboucher sur les monochromes. Une réussite.

"Bleu de ciel" de Wassili Kandinsky (1940).

Crédits: Centre Pompidou, Paris

C'est joyeux. C'est coloré. Voilà qui tranche sur la grisaille lorraine. Originellement prévue pour un temps assez court, l'exposition s'est vue prolongée jusqu'au 22 juillet. Une petite éternité, vu qu'elle a commencé l'été dernier. Cela dit la chose méritait largement cette durée. Composé avec les réserves de la maison mère de Paris, «L'aventure de la couleur» fait honneur à Pompidou Metz. Je vous parlerai bientôt de l'accrochage sur deux étages que l'antenne a parallèlement réalisé sur la nuit. Metz, qu'a longtemps dirigé Laurent Le Bon (aujourd'hui au Musée Picasso) et dont s'occupe aujourd'hui Emma Lavigne, maintient vaillamment les grandes manifestations transversales auxquelles Beaubourg semble avoir renoncé depuis que le plateau du sixième étage a été coupé en deux. Un peu comme la poire. Les institutions de la capitale n'aiment plus trop prendre des risques.

De quoi s'agit-il à Metz? De montrer l'emploi de la couleur, en général pure. L'accrochage commence certes avec les théories émises par Goethe sur la question en 1810, mais il ne faut pas oublier que le Centre Pompidou tourne autour du XXe siècle (et un peu du XXIe). Le point de départ réel est donc le fauvisme. Puis viennent des artistes du calibre de Matisse (avec «Jazz») ou de Kandinsky (dont a été déplacé le merveilleux «Bleu de ciel» de 1940). Une large place se voit faite aux monochromes. Il y a enfin du néon et des environnements, le plus vaste étant celui de Martial Raysse avec sa plage des années 1960. Vrai sable. Filles en maillots de bain. Juke-box. Marque Wurlitzer, bien sûr. Le parcours a été conçu par Emma Lavigne comme une boucle. Passés Aurélie Nemours, Ellsworth Kelly ou Kenneth Noland, le visiteur finit donc par se retrouver à son point de départ. Avec un choix original. Tout part et tout revient à Jean Dewasne (1921-1999), qui n'est pourtant pas ce qu'on pourrait appeler un titan de l'art moderne et contemporain.

Installations et films

L'ensemble met en valeur des pièces que l'amateur n'a pas l'habitude de voir à Paris. Je pense à l'installation lumineuse de François Morellet, accessible à cinq personnes se promenant sur une jetée signée Tadashi Kawamata. Une œuvre très prenante. Je songe aussi aux architectures d'Andrea Branzi. Des maquettes bien séduisantes. Je revois un mur de Claude Rutault en version verte. Une large part se voit faite au cinéma. Chaque section («La couleur comme pensée», «La couleur vivante»...) se retrouve en effet accompagnée d'un film mettant en scène un artiste. Il y a un entretien télévisuel avec Simon Hantaï comme la performance (en accéléré) où John Baldasssari repeint de sept couleurs successives les murs et le sol d'une petite chambre. Avec Daniel Buren, qui a toujours vu grand, il s'agit d'un long-métrage. «Couleurs superposées, Acte XIII» montre ses assistants changeant durant quatre-vingts minutes les couleurs des raies d'un mur en posant des papiers peints les uns par dessus les autres. Pour tout dire, c'est ici un peu longuet.

Pratique

«L'aventure de la couleur», Centre Pompidou, 1, parvis des droits de l'Homme, Metz, jusqu'au 22 juillet. Tél. 00333 87 15 39 39, site www.centrepompidou.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 10h à 17h30.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."