Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PHOTO/Pressions et dépression. Le Chinois Ren Hang s'est suicidé à 29 ans

Crédits: DR

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre. Il faut dire qu'elle concerne un artiste sentant le soufre. Ren Hang s'est suicidé à 29 ans. Il a sauté par la fenêtre d'un immeuble de Pékin, sous les yeux de son compagnon. Il faut dire que le photographe prodige a toujours connu de fortes dépressions. Ajoutez-y la pression constante de ses rapports pour le moins difficiles avec les autorités chinoises, qui l'ont à plusieurs reprises arrêté pour pornographie. Toute sa carrière a tenu du jeu de cache-cache avec la censure. Voilà qui use prématurément.

Ren Hang venait d'une famille plutôt conservatrice, comme le rappelle aujourd'hui «Vogue Italia», qui adorait ses images de corps enlacés tous sexes confondus. Il n'a d'ailleurs jamais montré ses œuvres à ses parents. Ceux-ci doivent cependant bien en avoir entendu parler. Réalisées avec un Minota argentique, elles ont couru les galeries chinoises, d'où certaines ont parfois vite été décrochées par la police. L'étranger a suivi, influencé par les sites et réseaux sociaux. Ren n'aura cependant jamais eu de son vivant la vraie, grande rétrospective dans une institution occidentale, comme il le méritait. Sa réputation sera restée très large et marginale à la fois.

Corps nus et enlacés

Qu'avait donc inventé l'artiste? L'image d'une jeunesse libre, affranchie et assoiffée de vie. Un mode d'existence très loin des dinosaures sous perfusion au pouvoir. «Prolifique, il a imposé une écriture insolente, celle des corps espiègles, à poils, affranchis du joug de la domination morale et politique», écrit sur son site «Libération». Notons au passage que c'est ce quotidien qui donnait parmi les premiers la nouvelle, un temps présentée à l'étranger comme une rumeur. A chacun son style, et celui de Ren Hang correspond peu au public cérébral du «Monde» et encore moins à la clientèle traditionnelle du «Figaro». 

Il n'y aura donc plus, à l'avenir, de nouveaux clichés montrant des jeunes gens et des jeunes filles dans le plus simple appareil, se touchant, s'empilant ou s'exhibant avec la plus parfaite désinvolture. «Quand on est nu, tout est plus naturel», aimait à dire Ren Hang. La scène se voyait mise en boîte chez l'artiste, ou dehors, dans la forêt. Il y avait toujours là des choses dont le photographe savait pertinemment qu'elles lui amèneraient des ennuis. Le gros plan urophile, les fellations entre garçons et les baisers entre filles, cela ne se fait pas dans l'ex-Céleste Empire. La preuve! Quand il était rentré au pays avec la monographie que lui a consacré l'éditeur allemand Taschen, le gros livre s'est retrouvé bloqué à la douane! Mais, selon sa galeriste pékinoise, «il cherchait la liberté absolue.» Celle qui, par définition, n'existe pas sur Terre. Dans un pays très tatillon, mais moins dangereux, son grand aîné Nobuyoshi Araki a ainsi connu bien des déboires au Japon...

Photo (DR): Ren Hang devant certaines de ses images. Il se cache derrière son appareil.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."