Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Un galeriste oublie un tableau d'un million et demi d'euros dans un taxi

Crédits: Reuter

Une histoire drôle, pour une fois. Nous sommes à Paris, le 27 avril. L'héritier d'une prestigieuse lignée de galeristes (dont le nom ne se voit comme de bien entendu pas précisé) prend un taxi. Urgence. Il a avec lui un paquet de taille moyenne. Plus pratique de le mettre dans le coffre. Aussitôt dit, aussitôt fait. 

Durant la course, le monsieur reçoit un de ces innombrables appels téléphoniques qui vous pourrissent la vie. On bavarde, on bavarde. Le marchand ressort, paie son dû et oublie la toile. Ce personnage, dont le journal en ligne «Le quotidien de l'art» a raconté la mésaventure, doit faire partie des distraits congénitaux. Il lui a fallu le lendemain matin pour remarquer qu'il lui manquait quelque chose. Le tableau! Et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agit d'un «Concetto spaziale» de Lucio Fontana (1899-1968) estimé un million et demi d'euros.

Un Turner dans le métro 

L'homme va donc à la police, afin de porter plainte. Vol. C'est alors que les agents lui a dit que le chauffeur, ayant lui remarqué l'oubli, était venu porter le paquet à un poste. Il y a encore des gens honnêtes. Fin de l'aventure. Avec un petit dédommagement, j'ose l'espérer. Il y a des moments où un pourboire ne suffit pas. 

La chose est-il exceptionnelle? Non, mais elle reste rare. Je connais cependant un responsable de grande maison internationale (je ne vous dirai pas s'il s'agit de Christie's ou de Sotheby's) ayant oublié un Turner (de petite taille, tout de même) dans le métro de Londres. Comme ça. Il est sorti, les mains dans les poches et la tête ailleurs. Eh bien là aussi l’œuvre, plus chère encore que le Fontana, a été retrouvée. Un voyageur l'a portée aux objets trouvés. Le malheureux transporteur a cependant mis des mois à se remettre de son émotion.

Vol... de cartable 

Une aventure similaire est arrivée, à Paris cette fois, avec un homme transportant avec la RATP des dessins originaux du bédéiste Tardi dans un cartable. Je vous signale qu'une précieuse feuille du maître a atteint 150 000 euros aux enchères. Eh bien là, les dessins ont refait surface... mais sans le cartable, qui a lui bel et bien été volé. Commentaire de l'artiste. «Il y a des choses qui savent vous rendre modeste.»

Photo (Reuter): La marque des taxis parisiens.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."