Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Simon Baker reprend la Maison européenne de la photographie

Crédits: Rencontres d'Arles

Quand les nouvelles tombent, il y a beaucoup de monde pour les ramasser. Mercredi soir, à quelques minutes de ditance, les principaux organes de presse français ont donc annoncé, avec la même photo, la nomination de Simon Baker à la MEP. Il ne s'agit bien sûr pas de l’acteur australien de ce nom, mais de l'historien de l'art, la MEP étant (comme chacun ne le sait pas) la Maison européenne de la photographie. Un musée que «Le Monde» décrit bien sûr comme un «lieu incontournable». Il faut dire que la Maison, lancée en 1996, a acquis une certaine renommée et qu'elle a su se faire son public. Les choses n'allaient pas de soi. On ne peut pas dire que cet endroit biscornu, situé en plein Marais, offre de très bonnes cimaises au 8e art. 

La MEP, de vingt-six ans plus jeune que les «Rencontre d'Arles» et de onze ans la benjamine de l'Elysée lausannois, a très longtemps été dirigée par le tandem Henri Chapier-Jean-Luc Monterossso. Le premier a dû laisser son poste de président l'an dernier à Jean-François Dubos. Le second doit partir tout soudain à la retraite. Il n'y a pas qu'à Genève qu'on va chercher des conservateurs à l'étranger, même si le favori à la succession se nommait Quentin Bajac. Simon Baker était l'homme de la Tate, à Londres. L'institution n'a pas possédé de département photo jusqu'en 2009. Baker l'a créé de toutes pièces, misant sur l'après-guerre. C'est plutôt un moderne et un contemporain, comptant sur l'aide à la création. L'homme a aussi monté la bibliothèque spécialisée de la Tate à partir de rien, rachetant notamment l'énorme fonds constitué par son célèbre concitoyen Martin Parr. Douze mille volumes...

Expositions à Arles 

Simon Baker a proposé plusieurs expositions dans le cadre d’Arles. Elles ont tourné autour de la production japonaise, qui forme apparemment son dada. Pour avoir vu en 2015 «Another Linguage» et en 2017 «Masashisa Fukase», je peux dire que ces deux expositions étaient certes intéressantes, mais que je n'en suis pas ressorti bouleversé.

Photo (Rencontres d'Arles): Simon Baker qui entrer en fonction... le 1er avril prochain.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."