Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/José Maria Sert, décorateur de l'ONU genevois, exposé en galerie

Crédits: Galerie Emeric Hahn

Il faut toujours tomber du bon côté en politique. Tel n'a pas été les cas de José Maria Sert (1878-1945). Si la critique française pardonne facilement les errements du côté de Staline en dépit de tous les goulags, mieux vaut ne pas avoir été bien en cour chez Franco. Lorsqu'il y eut en 2012 au petit Palais de Paris une grande rétrospective Sert, un bide public total du reste, Philippe Dagen se fendit ainsi d'un papier indigné. Je signale juste la chose. Il paraît que certaines personnes lisent encore ce journaliste du «Monde». 

Né en Catalogne, le peintre se retrouve aujourd'hui à Paris, mais dans une galerie de la rue Sainte-Anne. Emeric Hahn présente quarante esquisses du maître, provenant toutes de la même collection privée. Il s'agit de pièces d'assez grande taille. L'artiste n'a jamais donné dans la miniature. Se considérant comme l'héritier de Véronèse, du Tintoret ou de Tiepolo, ce Catalan qui allait à rebours des modes (pensez que Barcelone constituait une capitale de la modernité vers 1900) a donné d'immenses décors. Il s'est répandu à Venise comme à New York, à Paris ou à Londres. Entouré de toute une équipe, l'homme couvrait des surfaces gigantesques. Il doit bien être le seul créateur à avoir donné trois fois les peintures de la même cathédrale, celle de Vic. L'incendie de la seconde version par les Républicains, en 1936, allait le faire basculer du côté du «caudillo». Vic III sera sa dernière entreprise, terminée quelques semaines avant sa mort, en 1945.

Brun sur fond or

Sert (oncle de l'architecte moderniste du même nom) a aussi travaillé pour Genève. On lui doit la Salle du Conseil de l'ONU (à l'époque Société des Nations), inaugurée en 1936. Un ensemble toujours en place. Les rares visiteurs qui accèdent à ce bunker en admirent les audacieux raccourcis et les envolées lyriques. Comme toujours chez l'Espagnol, il s'agit de compositions monochromes, ici brun sur fond or. Sert a utilisé ailleurs le rouge sur argent. Le thème se révèle typique de la SdN. Il s'agit de «Ce qui sépare et ce qui unit les hommes». Il est juste permis de regretter que le volume architectural de la salle soit un peu raté. 

Quatre esquisses pour cet ensemble se retrouvent chez Emeric Hahn, qui propose par ailleurs, dans de lourds cadres dorés typiques d'un certain goût hispanique, des études pour la cathédrale de Vic II, l'église San Telmo à Saint-Sébastien, la salle de bal de l'Hôtel de Wendel (remontée au Musée Carnavalet) ou la chambre à manger des Rothschild à Laversine. Il s'agit là de toiles en parfait état. L'achat patrimonial idéal pour Genève, qui ne le fera pas. Le quatuor ne coûte pourtant que 85 000 euros, selon Emeric Hahn qui a sorti pour moi sa calculette. Genève a déjà raté il y a quelques années la boîte montrée aux commanditaires, représentant la salle de la SdN décorée. Elle se trouvait chez Frémontier, à Paris, qui en demandait à l'époque 130 000 euros. Quatre-vingts cinq. Le prix semble très raisonnable. C'est moins que certains salaires annuels versés au MAH.

P.S. Sert s'est beucoup démené pour sauver le contenu du Prado durant la Guerre civile. On sait qu'une partie des tableaux a été présentée par le MAH de Genève en 1939.

Pratique

«José Maria Sert, Quarante œuvres de 1910 à 1943», galerie Emeric Hahn, 63, rue Saint-Anne à Paris, jusqu'au 15 avril. Tél. 00331 49 27 06 23, site www.emeric.hahn.free.fr Ouvert du lundi de 11h à 19h.

Photo (Galerie Emeric Hahn): Esquisse pour l'Hôtel de Wendel à Paris, sur le thème de la reine de Saba.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."