Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Christine Angot commissaire d'exposition au Musée Delacroix

Crédits: AFP

Au secours! Ce n'est hélas pas une plaisanterie. A partir du 15 septembre, le Musée Eugène-Delacroix présentera à Paris une exposition dont la commissaire ne sera autre que Christine Angot. Oui, l'auto-romancière de «L'inceste» et de bien d'autres ouvrages commis depuis. Oui, celle qui règne par son agressivité sur les médias papier et les plateaux télévisés. Comme tous ceux qui ont tendance à attaquer, Madame Angot se sent en effet toujours persécutée, et elle le clame bien haut. Que dis-je, elle l'aboie. 

Le Musée Eugène Delacroix commence par décrire Christine comme «un grand écrivain contemporain». Il faut déjà oser. Je ne suis même pas convaincu qu'elle soit un écrivain tout court. Chez elle, la pauvreté du langage, de la construction dramatique et de l'inspiration restent flagrantes. Je me demande parfois comment cette imposture littéraire peut perdurer. Qu'on qualifie Virginie Despentes de «grand écrivain», d'accord! Elle possède un style. Elle a une langue. Elle dégage des idées. Elle brasse un univers personnel. Mais pas l'autre! Or c'est pourtant Christine qui «a été invitée à choisir parmi les œuvres de la collection celles qui l'ont émue, intéressée, étonnée.» Il paraît que le motif profond serait sa connivence avec le centre de la France, «tout près de Nohant où vécut George Sand et où séjourna Delacroix». Avouez que le fil logique demeure plutôt mince!

Qui étiez-vous à 25 ans? 

Christine Angot ne se contentera pas du peintre français, mort tout de même en 1863. Elle amènera dans ses bagages des artistes plus contemporains comme Louise Bourgeois, Johan Creten, Charles Simonds ou le cinéaste allemand Werner Herzog, dont la gloire me semble aujour'hui bien ternie. Il s'agit effectivement de parler de création au sens le plus général. Une grande question soutiendra cette mixture, qui restera valable pour un «ensemble de projets» à venir. Ce sera «Qui étiez-vous à 25 ans?» Autrement dit: «Comment êtes-vous devenu vous-même?» Une telle idée vaut bien un peu de charabia. «Chacune de ces expériences, chacun de ces parcours permettra de souligner la part universelle de ces questionnements, au delà de la singularité de tous.» 

Je n'ai pas les noms des prochains candidats, mais je tremble déjà. Il faudra un jour cesser de mélanger ainsi les genres, en sacrifiant au «people» sous prétexte d'amener un air nouveau. Il y a déjà longtemps qu'on demande à n'importe qui de jouer au commissaire d'exposition. Notez que le Louvre, patron du Musée Eugène Delacroix, a longtemps su le faire en conservant une certaine tenue. Inviter Jacques Derrida, Jean Starobinski, Philipe Djian, Bob Wilson ou Patrice Chéreau (même si ce dernier a complètement raté son coup, comme du reste Julia Kristeva) pouvait se défendre. Mais Christine Angot... Pourquoi pas Guillaume Musso, pendant qu'on y est! Après tout, il vend davantage de livres que notre Fée Carabosse. Et Ruquier devrait suffire à cette dernière, qui se raccroche à tout ce qui brille. 

Je note au passage que cette initiative se voit cautionnée d'enthousiasme par Dominique de Font-Réaulx, directrice du Musée Eugène-Delacroix. Quant je pense que la dame postulait pour la succession de Guy Cogeval à la tête d'Orsay, j'en ai des frissons rétrospectifs. A quoi n'avons-nous pas échappé!

Pratique

«Regards sur une collection», Musée Eugène-Delacroix, 6, place Furstenberg, Paris, du 15 septembre au 8 janvier 2018. Tél. 00331 44 41 86 56, site www.musee-delacroix.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 9h30 à 17h30.

Photo (AFP): Christine Angot, qui est partout, du "Monde" au plateau de Laurent Ruquier.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."