Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Opera Gallery présente à Genève des toiles récentes de l'Autrichien Hermann Nitsch

Nitsch reste un des derniers membres actifs de l'"actionnisme viennois" des années 1960. Le scandale est aujourd'hui bien retombé dans une capitale devenue très "arty".

Hermann Nitsch au travail.

Crédits: Photo fournie par Opera Gallery.

Il y en a qui prennent des risques. Ce ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Nouveau membre de l’association Art en Vieille Ville (AVV), qui proposait de (longs) vernissages simultanés à Genève la semaine dernière, Opera Gallery propose ainsi Hermann Nitsch. Egalement présente à Paris, à Londres ou à Singapour, la maison remet ainsi en selle dans le monde francophone un des «scandaleux» de l’Actionnisme viennois. Vigoureux dans les années 1960, quand Nitsch restait encore jeune, ce mouvement proposait en effet des «happenings» dégoulinant de sang. Vrai ou faux. N’empêche qu’une de ses têtes d’affiche, Rudolph Schwarzkogler était mort en 1969 de manière spectaculaire. Les articles le concernant n’arrivent cependant pas à se décider pour savoir s’il s’était tranché le sexe ou s’il avait sauté par la fenêtre d’un étage apparemment élevé.

Nitsch ne s’est jamais livré à de telles extrémités. A 82 ans, la barbe blanche aussi patriarcale que celle de notre Olivier Mosset, il a donc pu organiser cette année son 158e «Orgien-Myterien-Theater», dont les représentations dans son château Prinzenhof peuvent durer jusqu’à six jours. Voilà qui prouve pour le moins une bonne santé! C’est dans ces occasions que notre homme exécute à l’aide de tout son corps des toiles dont un certain nombre d’exemple se voit proposé à Longemalle chez Opera. Il y a du coup sur la toile des couches énormes de peinture, et sans doute d’autres choses. Ce sont des monochromes pour le moins tourmentés. Cette pleine pâte se révèle cependant moins efficace sur le plan visuel que les pièces anciennes, qui semblaient maculées de sang. On serait ici plus proche des peintures que le Japonais Kazuo Shigara, l’un des membres éminents du groupe Gutaï, exécutait avec ses pieds, suspendu à une corde, dans les années 1950 et 1960. En moins bien, cependant.

Un mouvement devenu historique

Intéressante, l’exposition montre en effet comment on peut survivre à un mouvement devenu historique. Le Wiener Aktionismus s’activait dans une capitale autrichienne très différente de celle de 2020. Il s’agissait alors de dénoncer, dans une ville ultra bourgeoise, les compromissions avec le nazisme dont le pays se prétendait pourtant la victime. Aujourd’hui, l’Autriche du chancelier Sebastian Kurz penche toujours à droite, mais dans une étonnante coalition avec les Verts. Plus jeune chef d’État d’Europe, Kurz est ce que j’appellerais un animal politique. Il cherche du soutien partout où il le trouve. Pendant ce temps, Vienne est devenue l’une des métropoles de l’art moderne et contemporain. Autant dire que l’actionnisme d’antan n’y fait plus peur à personne.

Et puis le temps a passé… Les corps féminins enduits de peinture bleue par Yves Klein se roulant sur la toile remontent à 1958. Devenu moine bouddhiste en 1971, Shigara incarne la décennie suivante. On ne parle plus trop d’Otto Mühl ou de Günter Brus, les condisciples de Nitsch. Brus a lui aussi 82 ans. Mühl est mort en 2013. Plus retenu dans ses actes et dans son œuvre, Arnulf Rainer fêtera ses 91 ans dans quelques mois…

N.B. Puisque je vous au parlé d’AVV, je puis encore vous signaler que Gagosian, de l’autre côté de Longemalle, a réduit sa voilure. Il a abandonné son rez-de-chaussée et son sous-sol pour se concentrer sur l’étage commercial.

Pratique

«Hermann Nitsch», Opera Gallery, 10-12, Longemalle, Genève, jusqu’au 17 octobre. Ouvert du lundi au samedi de 10h à 10h.

Aujourd'hui, il n’y a pas deux gros articles, comme d’habitude, mais quatre petits. L’actualité bouge!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."