Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Narbonne va se faire le chantre de la colonisation romaine avec le musée Narbo Via

L'institution aurait dû ouvrir à la mi-février. Elle abrite les vestige de la plus grande ville en Gaule, dont rien ne subsiste de nos jours au-dessus du sol.

Le bâtiment bas conçu par Sir Norman Foster.

Crédits: Nigel Young

Et de trois! Il y avait depuis 1995 le Musée de l’Arles antique, agrandi en 2013. Courant 2018 s’est ouvert à Nîmes, en face des Arènes, le Musée de la romanité. En février dernier, Narbo Via aurait dû se voir inauguré à Narbonne. La chose s’est bien entendu vu remise à des temps meilleurs. Autant dire que l’horizon apparaît singulièrement bouché…

C’est en 2010 que Georges Frêche (décédé cette année-là) a eu l’idée de cette nouvelle institution. L’homme présidait alors le Conseil général du Languedoc-Roussillon. Il avait déjà mené à bien la renaissance du Musée Fabre de Montpellier. L’historien trouvait bon que Narbonne se voit dotée d’un lieu rappelant sa grandeur romaine. Il ne subsiste aucun monument antique hors sol (comme on dit pour les tomates) pouvant rappeler que la cité forma jusqu’au Ve siècle la plus grande agglomération de la France actuelle. Elle coiffait alors la Narbonnaise, dont l’extrémité Nord n’était ni plus ni moins que Genève. Cette province était la première que Rome s’était taillée hors d’Italie. Voyez l’inconséquence! Narbo Via va se faire le chantre de la colonisation antique, alors que le mot soulève des hauts cris dès qu’il se voit accolé à une période moderne...

Passé wisigoth et arabe

Narbonne a survécu tard sous sa forme primitive, avec un énorme capitole en marbre de Carrare, un amphithéâtre et des thermes. La ville gardait encore fière allure quand le roi wisigoth Athaulf y épousa en 414 Galla Placidia, dont on peut encore admirer le tombeau (elle fut en fait enterrée à Rome) couvert de mosaïques à Ravenne. Relisez pour la suite Sidoine Apollinaire! L'écrivain parle de la splendeur de Narbonne dans les années 460. Tout a ensuite disparu, sauf l’horreum qui avait le grand mérite de se situer sous terre. Une partie des pierres a servi à construire des fortifications successives. Wisigothes puis arabes, languedociennes et finalement françaises, les plus récentes ayant été démolies entre 1868 et 1884. C’est là que la plupart des fragments sculptés se sont vus récupérés. Une immense galerie lapidaire peut ainsi traverser Narbo Via. Un projet approuvé par le Ministère de la culture en 2012, le chantier débutant trois ans plus tard.

Le Capitole antique, dont rien ne subsiste. Une reconstitution de Frank Devedjian remontant à 2019.

C’est Sir Norman Foster, installé en Pays de Vaud, qui a gagné le concours d’architectes. Il avait déjà construit dans la région (élargie) le Carré d’Art à Nîmes comme le viaduc de Millau. Le Britannique a imaginé un bâtiment rectangulaire assez bas, couleur terre, situé dans un écrin de verdure. Narbo Via se trouve en effet au croisement des anciennes via Domitia et via Aquitania. Narbonne était jadis une bien plus grande ville qu’aujourd’hui, sa population actuelle se montant à environ 55 000 âmes.

Un duo à la tête du musée

Il fallait à l’institution en devenir une directrice. C’est Valérie Broussole. Les collections sont dirigées par Ambroise Lassalle. Je n’ai évidemment rien vu. Les informations sortent du site de «Connaissance des arts» et de celui de Narbo Via. C’est grâce à ce dernier que je me sens en mesure de vous donner les informations pratiques.

Pratique

Narbo Via, Narbonne, tél. 00334 68 90 28 80, site www.narbovia.fr Ouvert d’octobre à avril de 11h à 18h, de mai à septembre de 10h à 19h. Date d'inauguration en suspens.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."