Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Marella Agnelli, "The last Swan", est morte à 91 ans. La fin d'une époque pour l'Italie

Née dans une famille princière, Marella avait été l'assistante du photographe Erwin Blumenfeld avant d'épouser Gianni Agnelli. Le couple régna sur le pays durant les années 1950 et 1960.

Marella Agnelli vers 1950. Elle s'appelait encore Caracciolo.

Crédits: DR

J'ai parfois l'impression d'être déconnecté, ce qui n'offre finalement rien de désagréable. Il a ainsi fallu que je voie l'affichette de «Points de vue» pour apprendre la mort à 91 ans le 23 février de Marella Agnelli. La veuve de, mais bien plus que cela. Cette Florentine d'origine napolitaine a marqué l'Italie des années 1950 et 1960 par son goût autant que pour sa fortune. «Gianni et Marella étaient les rois du pays», affirme avec justesse la rubrique nécrologique du «Times». Il faut dire que les Savoie, qui faisaient tout de même très province, avaient été priés de déguerpir en 1946.

Marella était une Caracciolo. La fille du 6e prince de Castagneto et 3e duc de Melita. Née en 1927, elle avait été élevée en France. Après guerre, la débutante avait fait quelques pas comme mannequin. Un jour, elle s'était plainte au photographe de l'ennui des poses. «C'est parce que vous êtes du mauvais côté de l'appareil», lui avait répondu le grand Erwin Blumenfeld. La jeune femme devint du coup son assistante jusqu'à ce qu'elle épouse en 1953 Gianni Agnelli, l'homme aux centaines de sociétés dont le fleuron était la FIAT turinoise. Blumenfeld n'en restera pas moins un ami de la famille, même s'il ne sera pas l'unique portraitiste de Marella. Le plus célèbre, une icône du 8e art, est en effet dû à son confrère Richard Avedon.

La photo et les jardins

La femme du monde, qui restera mariée à Gianni jusqu'à sa mort en 2003, ne demeurera pas pour autant inactive. Elle aura toujours un pied dans la mode. Un autre dans les mondanités, qui la feront surnommer «The last Swan» par l'écrivain Truman Capote. En raison de son long cou, peut-être. Mais il existait d'autres cygnes pour cet écrivain un peu arriviste, dont Lee Radziwill, la sœur de Jackie Kennedy, qui vient elle aussi de disparaître. Ces occupations lui laisseront cependant des orteils libres pour continuer la photo et créer des jardins. Marella faisait partie des horticultrices distinguées. Il lui arrivera du reste de publier des livres de photos sur les jardins. Elle est aussi à l'origine de la pinacothèque Marella et Gianni Agnelli, installée sur le toit du Lingotto, qui fut un jour de plus en plus lointain le cœur de FIAT. Canaletto. Modigliani, Canova, Matisse...

La vie privée de Marella ne fut pas toujours facile. Un mari séducteur et par ailleurs séduisant. Des enfants pas tout à fait à la hauteur. Elle fera cependant son possible pour tenir son rang avec un certain humour. On cite ainsi toujours sa phrase prononcée en Union soviétique, où s'inaugurait une usine FIAT. Khrouchtchev était bien sûr présent. C'est à lui que la dame a dit: «Si vous passez par Turin, venez donc nous voir à la maison.» Cela dit, le frère de Marella a cofondé le quotidien "La Reppublica" en 1976. Un journal plutôt à gauche...

Concours d'élégance

Avec cette femme d'une autre époque, on peut dire qu'elle certaine forme de vie sociale s'éteint. Il suffit de regarder les photos de ses descendants. Marella était naguère une des «Dix femmes les mieux habillées du monde», tout comme la Française Jacqueline de Ribes. La liste faisait chaque année quelques heureuses et beaucoup d'envieuses. On en parlait pendant des mois.  Il y a belle lurette qu'aucun jury ne s'attelle plus à un tel concours d'élégance. Qui mettrait-il d'ailleurs en tête?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."