Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MARCHÉ/Genève Enchères vend de la peinture suisse ancienne à prix doux

Crédits: Charles Clos Olsommer/Genève Enchères, 2017

C'est suisse! Les ventes d'art helvétique ne sont pas comme les autres. Elles attirent le public dans la salle, aujourd'hui si souvent désertée. La chose vaut pour Koller ou Christie's à Zurich. Il en est allé de même, toutes proportions gardées, chez Genève Enchères mercredi à midi. Aucun chef-d’œuvre au menu. Ou plutôt l'ombre de l'un d'eux. Du grand Hodler, «Le chemin des saules» qui appartint à son maître Barthélémy Menn, le public n'a en effet vu que le cadre doré, la toile ayant fini dans une maison plus prestigieuse, où elle a été vendue 800 000 francs. La grosse bordure est partie pour 550 francs, plus les échutes. 

Beaucoup d’œuvres provenaient de la même «adresse», comme on dit dans le métier. Il y avait là beaucoup de choses, parfois un brin démodées mais avec une bonne provenance. Les pièces portent encore la nom de l'illustre Galerie Moos, qui fit la loi à Genève des années 1910 aux années 1960. Certaines pièces proposées ont subi ce qu'on pourrait appeler une puissante décote. Les deux grands dessins-tableaux de Pierre-Louis de La Rive des années 1800 sont restés sur le carreau à 750 francs chacun. De telles pièces en valaient dans les 20 000, quand la banque privée Mirabaud avait fait du peintre genevois l'icône discrète de ses salons feutrés. Sic transit gloria mundi, comme disaient nos amis latins.

Achat du musée 

Autrement, les choses sont plutôt bien allées, même si les prix à quatre chiffres n'ont pas été dépassés. Il faut dire qu'Olivier Fichot, commissaire priseur, devait convaincre de miser du Charles Clos Olsommer, de l'Albert Schmidt ou de l'Otto Vautier. Une belle toile de ce dernier avec une nudité nacrée, qui eut naguère suscité la ruée, est modestement partie à 1500 francs (plus les frais). Les Alice Jacquet se sont Dieu merci envolés. Il le fallait. Ils occupent les deux côtés de la couverture du catalogue. J'ai vu de mes yeux deux envoyées du Musée d'art et d'histoire, qui est de notoriété publique une institution pauvre, acquérir un autoportrait assez austère de Barthélémy Menn. Il en coûtera à la collectivité 4300 francs (plus les primes). Je rappelle que, contrairement à leurs homologues français, les institutions suisses ne possèdent aucun droit de préemption.

Et le reste, la veille? Eh bien les bijoux ont dépassé les espoirs! Il n'y a que quatre laissés pour compte. Ils trouveront sans doute preneuses après la vente. Les choses se sont révélées plus difficiles dans le domaine du livre ancien. Les bons lots ont «fait» largement plus que prévu. Les autres n'ont pas séduit sur «un marché devenu très sélectif», comme on dit dans le milieu la bouche en cul de poule. Il reste cependant une excellente chose à acheter en «after sale». C'est le Newton. Le philosophe et chercheur britannique bien sûr, pas Helmut Newton! L'édition de «Philosophiae naturalis, principia mathematica» de 1726 n'a pas obtenu les indispensables 8000 francs de l'estimation basse. C'est le moment ou jamais de casser votre tire-lire. La science n'a pas de prix.

Les ventes continuent mercredi soir, jeudi et jeudi, site www.geneve-encheres.ch

Photo (Genève Enchères): L'Olsommer inévitablement valaisan, qui est parti pour 9000 francs, plus les frais. Je vous en montre un fragment.

Texxte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."