Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Marc-Olivier Wahler copilotera bientôt le Paris Art Lab prévu à la Cité Morland

Le directeur des Musées d'art et d'histoire a une nouvelle obligation hors Genève. Il s'agira d'un laboratoire artistique dans un complexe à la fois social et très friqué.

Marce-Olivier Wahler. Un fonceur?

Crédits: Tribune de Genève

On apprend en général les choses par hasard. Il suffit d’avoir l’œil au bon endroit au bon moment. Hier, en lisant un dossier sur «Les horizons culturels infinis de Paris», j’ai ainsi fait une mini découverte. Il était question de la Cité Morland. Vous ignorez sans doute de quoi il retourne. Eh bien voilà! Il s’agit d’un îlot de 8000 mètres carrés, tout près de l’Arsenal, sur la rive droite de la Seine. Il y avait là un gros machin très années 1960. Un immeuble de béton signé Albert Laprade, aussi personnalisé qu’une boîte de raviolis par rapport à une autre. La chose, qui abritait naguère les bureaux administratifs de la préfecture de la Seine, vient de se voir réhabilitée. Un geste de David Chipperfield «archistar». Il y a même quelque part une intervention artistique d’Olafur Eliasson, ce qui fait aujourd’hui très chic, avec en plus un zeste de conscience écologique.

Les travaux se situent dans l’opération «Réinventer Paris», imaginé par la fée Anne Hidalgo. Le projet se voit orchestré par le promoteur Emerige, dont j’ai appris du coup qu’il comptait bientôt ouvrir sa fondation culturelle (une de plus!) à l’Ile Seguin. Morland Mixité Capitale (si si, je n’invente rien) brassera très large Il y aura aussi bien là une auberge de jeunesse qu’un hôtel cinq étoiles, avec restaurant panoramique sur le toit. Plus une crèche et des commerces. De luxe, je suppose. Madame la maire, qui est socialiste, aime tout ce qui brille un peu.

Empilement de casquettes

Vous allez dire qu’il me faut arriver au fait. Nous y voici. La structure abritera aussi le Paris Art Lab. Trois cents mètres carrés de laboratoire, où la créativité doit faire pschitt. Et devinez qui on retrouve à sa direction, aux côtés de Leslie Veisse (une Leslie au féminin). Mais Marc-Olivier Wahler, bien entendu! Le tandem «pilotera» ce laboratoire.

Je ne suis pas systématiquement contre le mélange des genres et l’empilement des casquettes, mais je me pose tout de même des questions. Genève veut-elle pour ses Musées d’art et d’histoire (MAH) un courant d’air ou un directeur à demeure? J’avais cru comprendre que le jury avait choisi une personne à même de porter à terme un projet de rénovation et de construction. Quelqu’un capable de remettre un peu d’ordre dans une équipe déboussolée et démobilisée depuis des années. Un visionnaire supposé donner un axe à une politique pour l’instant inexistante.

Où est le centre d'intérêt?

Or il y a déjà eu l’affaire d’Art/Basel, quand MOW devait servir de cornac, ou plutôt de gourou, à des millionnaires dans les sables d’Abu Dhabi. Un voyage à 15 000 dollars par tête de pipe, qui ne s’est jamais fait. Voilà maintenant le strapontin à Paris, où notre homme a naguère dirigé le Palais de Tokyo. Dans ces conditions, que représente dans la vie de MOW le MAH, si ce n’est un gros salaire? On aimerait bien le savoir. Jusqu’à présent, notre homme n’a que déprogrammé des expositions...

N. B. « Nous ne présenterons pas seulement des expositions: le Paris Art Lab
sera un lieu de paroles et, comme son nom l'indique, de tests,
d'hypothèses. Les artistes seront invités à adapter leur grammaire aux
nouveaux usages du lieu ». Voilà ce qui s'appelle parler clair! Je viens de retrouver cette citation de MOW dans "Le journal des arts" du 22 janvier. Cette perle m'avait échappé.

Demande de rectification

Cette publication est insidieuse en citant un article qui date du 22 janvier 2019 sans mentionner la date faisant ainsi planer un doute et répandre des rumeurs.
Pour diffuser une information objective et documentée, M. Dumont aurait pu s'adresser à l'intéressé. Il aurait ainsi appris par M. Wahler qu'il n'a pas un rôle exécutif dans cet organisme mais en est le président avec un rôle consultatif.
Je vous remercie de m'indiquer quelle mesure vous souhaitez prendre pour rectifier cette information car si M. Dumont exprime une opinion dans un blog, elle est portée et diffusée par votre titre. Elle porte préjudice à l'image de la Ville de Genève, du Musée d'art et d'histoire et à celle de M. Wahler.
Armelle Combre
Responsable de l'Unité culture
de Genève Ville de culture et de sport

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."