Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Mantoue renoue avec Giulio Romano, qui a redessiné la ville dans les années 1520

"Con stravagante maniera". C'est ici que le Romain a inventé une bonne part du maniérisme pour le duc Federico II Gonzaga et sa mère Isabella d'Este. Une quadruple exposition le rappelle aujourd'hui.

Le plafond de la Salle des Géants, dont les peintures descendent jusqu'au sol.

Crédits: DR

Cela pourrait être l'histoire d'une ville cherchant à retrouver un peu de sa dignité perdue. Vers 1500, Mantoue (Mantova en italien) constituait l'une des capitales intellectuelles de la Péninsule. C'était la cité des Gonzaga (Gonzague en français). Des principules régnant sur un petit territoire à l'indéniable importance stratégique. A part cela, une région riche. Venue de Ferrare, autre métropole artistique du pays, la marquise Isabella d'Este avait compris que la culture pouvait assurer une forme de pouvoir, faite de prestige. Elle l'exerça sans mesure, tout en assurant la diplomatie et les comptes de son mari Francesco II, qui était du genre du genre guerroyeur. Peintres et savants, qu'elle subventionnait de Léonard de Vinci à Mantegna, l'appelaient «la prima donna del mondo».

Quand elle était arrivée à Mantoue en 1490, il s'agissait d'un marquisat indépendant. Pour son fils Federico II, la Ferraraise arrivera à obtenir en 1530 de leur hôte Charles-Quint qu'il devint duc. Federico était un autre mécène, et j'y reviendrai. L'exposition actuelle, vouée à son artiste de cour Giulio Romano, se déroule ainsi sous son règne. Il y eut ensuite d'autres Gonzaga. Ils firent travailler Domenico Fetti, Rubens, Titien, Guido Reni ou achetèrent des tableaux à sensation, comme «La mort de la Vierge (aujourd'hui au Louvre) du Caravage, refusé par ses commanditaires romains. Le scandaleux se retrouvait du coup adoubé. Mais en 1627, les ducs ruinés durent une partie de leur collection (estimée en tout, antiques et médailles compris, autour de 100 000 objets) à Charles Ier d'Angleterre. Le décès du dernier Gonzague provoqua une guerre épouvantable en 1630. Il y eut le «sac de Mantoue». En 1708, le duché disparaissait. A la fin du siècle, Napoléon y fit d'ultimes rapines après huit mois de siège. Tout s'en alla, sauf les fresques.

Une cité provinciale

Aujourd'hui, Mantoue n'est pas qu'une cité provinciale. Il s'agit d'un lieu formidablement enclavé. Aucune route importante. De rares trains omnibus menant aux gares de Vérone, Monselice ou Modène. Peu de tourisme, par conséquent. Mais des visiteurs plus cultivés qu'ailleurs. Et une population locale qui se maintient, du moins pour le moment. Environ 50 000 habitants. Un beau patrimoine construit. Et bien sûr le souvenir d'une gloire passée. Une mémoire ravivée en 1983 avec une première (en fait non, il y en avait déjà eu une en 1939, que je n'ai pas vue) rétrospective Giulio Romano. Elle marquait la fin des restaurations au Palazzo Te. L'un de plus extraordinaires édifices de la Renaissance, à qui son long abandon a évité trop de transformations et de réutilisations. Le palais avait été conçu et décoré entre 1524 et 1534 par Giulio pour Federico II et sa terrible mère, toujours aussi active. Un rêve à la limite de la campagne, avec des peintures murales et des stucs dont la nouveauté avait impressionné l'Europe entière. Le prestige de la culture toujours, qui avait dû donner l'impression à Charles-Quint d'être un bouseux espagnol.

Giulio Romano, par Le Titien. Photo Palazzo Te.

Mais qui était l'homme derrière toutes ses merveilles, qui vont d'une salle des Géants (dont la fresque partie du sol orne toute la chambre d'un seul motif) à l'Appartement du jardin secret? Un jeune Romain. Giulio Pippi (un nom difficile à porter, même en italien) était né en 1492. Ou en 1499. On ne sait pas très bien. Mais il collaborait dès 1514 avec Raphaël. Ce dernier, dont les 500 ans de la mort se verront célébrés en 2020, n'avait pas été qu'un incroyable innovateur. Il avait mis en place une forme d'atelier inédite à cette échelle. L'homme dessinait. Seul. Puis ses projets se voyaient réalisés par toute une équipe, avec ses spécialistes. Il n'y avait pas que de la peinture, mais de la petite sculpture ou des élément d'architecture. A sa disparition, Giulio et Giovanni da Udine avaient hérité de cette PME. Dès 1521, Federico II tenta d'attirer le premier à sa cour. Il y parvint en 1524. Giulio allait exécuter pour lui de tout, des cartons de tapisserie à la vaisselle d'argent. Un travail épuisant, mais bien rétribué. Le Romain trouva le temps et l'argent pour se bâtir à Mantoue un petit palais, qui subsiste toujours en ville.

Extravagance et érotisme

En quoi ses idées étaient-elles novatrices? Par leur extravagance. Leur refus des normes. Partant de l'Antiquité, Raphaël avait mis au point un classicisme. Giulio allait tout bousculer, en bon représentant de ce maniérisme qui devait durer trois générations. Il y a chez lui du terrible. De l'étrange. De l'insolite. Beaucoup d'érotisme aussi, et toute une section de l'actuelle exposition tourne autour du caractère scandaleux de Giulio, qui avait eu des ennuis dans la Rome papale. Une série de gravures pornographiques, dont aucun exemplaire complet ne subsiste... Mais il demeure toujours, venu de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, l'immense tableau représentant des amants nus. La dame a vis-à-vis du monsieur un geste on ne peut plus clair. Nous sommes dans les premiers temps de la Renaissance, avant que la Contre-Réforme rigidifie les mœurs. Un vent de puritanisme comme nous le connaissons aujourd'hui après la liberté des années 1970. Un frein venu d'Amérique.

L'un des 71 dessins prêtés par la Louvre. Photo RMN.

Si l'érotisme se trouve à bon droit au Palazzo Te, les trois autres sections se retrouvent logées au Palazzo Ducale, monument composite avec des constructions de toutes les époques dont il reste 500 chambres après les destructions pour cause de vétusté à la fin du XIXe siècle. Jusqu'à sa mort en 1546 (six ans après Federico II, sept après Isabella), Giulio y a travaillé, secondé par son équipe. Si 1983 marquait la réhabilitation du Palazzo Te, 2019 coïncide avec les derniers travaux entrepris au Palazzo, dont la remise en état de l'immense galerie bordant la Rustica. Un complexe architectural imitant les pierres non taillée des grottes. Une révolution pour l'époque. Il fallait que le public voie cela. Il le fait avec des dessins, majoritairement venus du Louvre qui en a prêté 71. Mais aussi des collections d'antiques et des fresques rafraîchies. L'occasion de découvrir non seulement des lieux longtemps fermés au public, comme «l'appartement de Troie», mais aussi des œuvres graphiques que le Louvre n'a jamais montrées à Paris.

L'héritage

Giulio, c'est aussi une mouvance. Un héritage. Une marque de fabrique. Il fallait laisser de la place à ses élèves, dont certains se découvrirent des ailes après la disparition du maître. Le visiteur peut ainsi faire connaissance d'Anselmo Guazzi, de Fermo Ghisoni da Caravaggio ou de Lorenzo Costa il Giovane. Des inconnus, ou presque, dont certaines esquisses (qui me semblent beaucoup de ressembler entre elles) seraient au Louvre. D'où un parcours interminable, que le public de fond se voit encore prié de poursuivre en ville. Il y a du Giulio Romano partout, comme on voit partout Le Bernin à Rome.

"Les amants", venus de l'Ermitage. Photo DR.

L'exposition, montée par une phalange de commissaires, se révèle remarquable. Elle souffre juste de la saison choisie. Pourquoi l'hiver, alors qu'il n'y a pas un seul étranger à Mantoue, enveloppée à cette saison par les brouillards? C'est si joli l'été, chez les Gonzague!

Pratique

«Giulio Romano, Con stravagante maniera», Palazzo Ducale, Palazzo Te, site www.giulioromano2019.it Ouvert de 8h15 à 21h15 du mardi au dimanche jusqu'au 2 novembre, puis de 8h15 à 19h15. Tout est sur le site.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."