Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Macula publie l'intégrale des chroniques de cinéma signées par André Bazin

Mort à 40 ans en 1958, l'homme a dominé la critique françaises dans les années 1940 et 1950. Hervé Joubert-Laurencin a réuni, avec tout un appareil de notes, les 2700 textes alors parus dans la presse.

La photo la plus connue d'André Bazin, dont il existe paradoxalement peu d'images.

Crédits: DR

Attention! Un Bazin peut en cacher un autre. Tout le monde connaît (ou connaissait) Hervé Bazin, l'écrivain de «Vipère au poing». Cela fait vingt-trois ans maintenant que l'homme a disparu, mais ses romans sulfureux n'ont pas quitté les bibliothèques. André Bazin reste moins célèbre. A tort sans doute. C'est ce que se sont dit les éditions Macula, qui proposent aujourd'hui ses «Ecrits complets». Une somme établie par Hervé Joubert-Laurencin, qui a planché durant des années sur le projet. Le résultat se révèle d'ailleurs à la démesure de l'entreprise. Il s'agit d'un lourd coffret de deux volumes à l'emballage noir, la couleur de Macula. Un objet un peu encombrant peut-être. Il n'en s'agit pas moins d'un bel objet.

Mais qui était André Bazin, mort à seulement quarante ans en 1958? L'un des plus influents critiques de cinéma de l'après-guerre, avant le règne de Jean-Louis Bory ou de Michel Cournot. L'homme publiait ses article sur divers supports. Ils allaient du «Parisien libéré» à «France Observateur» (l'«Obs» d'aujourd'hui) en passant par ce «Radio-Cinéma-Télévision» qui est l'ancêtre de «Télérama». Il a ainsi donné des textes à foison. L'ouvrage actuel en contient l'intégralité, soit environ 2700 chroniques parues à partir de 1942. Afin que le lecteur ne s'y perde pas trop, Hervé Joubert-Laurencin a prévu un index de 150 pages, divisé en cinq catégories. Il fallait aussi un appareil critique. Vingt-quatre «scansions» ont été introduites dans cette somme. Vingt-quatre, comme les images défilant chaque seconde sur l'écran.

Art et essai mais aussi Hollywood

Pourquoi Bazin est-il si important? Parce qu'il s'agissait d'une voix, insensible aux modes et aux contingences publicitaires. Le chroniqueur a ainsi soutenu ce qui allait devenir «l'art et essai». Il a cependant aussi apprécié la production hollywoodienne dans ce qu'elle apportait de plus personnel et de plus original. Le Français, qui a tant influencé François Truffaut (à qui il servait presque de père adoptif), Claude Chabrol ou Jean-Luc Godard, a ainsi préparé le terrain de ce qui est devenu «la politique des auteurs», chère aux «Cahiers du cinéma». Il plaçait le réalisateur au centre d'une œuvre collective, même s'il existait alors d'excellents films dont le bénéfice revenait clairement au producteur. Avec Bazin, nous sommes dans le monde de la cinéphilie, aujourd'hui en voie de disparition. Celle-ci vibrait dans les ciné-clubs de tout le pays, alors que la télévision balbutiait et que la Cinémathèque parisienne restait pour beaucoup bien lointaine.

Il fallait des hommes comme Bazin pour parler des films et les situer dans un contexte historique. Il restait difficile vers 1950 de revoir un film ancien en dehors des reprises dans des cinémas de quartier. Cela dit, le 7e art restait alors vivace dans tous les milieux. La sortie du samedi soir s'effectuait en général dans une salle dite «obscure». C'était à la fois un lieu de culture, même si le cinéma restait contesté en tant qu'art, et de rendez-vous. Un endroit un peu magique où régnait ce que les Anglo-saxons appellent le «silver screen». En ces temps majoritairement voués au noir et blanc, il semblait permis de parler d'écran argenté.

Un style agréable à lire

Je n'ai bien sûr pas lu le contenu du coffret entier. Juste quelques articles. Ils ne m'ont pas semblé datés. Du Bazin reste une chose bien pensée et bien formulée. Sans jargon. Le public alors visé restait large. Enfin, cerise sur le gâteau, bien des titres dont l'auteur parle demeurent de nos jours dans les mémoires. Les années 1940 et 1950 se révèlent d'une surprenante richesse dans le style classique. Bazin est mort quelques mois trop tôt pour voir sortir les premières productions de la «nouvelle vague». Une vague qui a en revanche pris des rides. La jeunesse, cela ne dure jamais bien longtemps.

Pratique

«Ecrits complets» d'André Bazin, édition établie par Hervé Joubert-Laurencin avec la collaboration de Pierre Eugène et de Gaspard Nectoux, aux Editions Macula, deux volumes, 2848 pages.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."