Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Lyon jette l'éponge. Pas de Biennale en 2021. Ce sera pour l'automne 2022

Le tandem de commissaires avait été désigné début mars. Deux mois après, tout se voit chamboulé. La direction parle d'un "ralentissement" mettant tout en péril.

Le tandem Sam Baradaouil et Till Fellrath.

Crédits: Biennale de Lyon.

Comme le dit «Le Figaro», c’est «un coup de froid dans le monde de l’art». Il faut dire que le report de la seizième Biennale de Lyon, prévue pour septembre 2021, survient alors que ses commissaires ont à peine été nommés. C’est le 3 mars dernier que la directrice Isabelle Bartolotti avait annoncé avec des mines gourmandes une édition pilotée par les duettistes Sam Baradaouil et Till Fellrath. Un tandem de choc. On allait voir ce que l’on allait voir avec ces curateurs ayant beaucoup fait parler d’eux ces dernières années.

«La situation sanitaire internationale ralentit considérablement les possibilités de résidence et le production, les interactions entre les projets artistiques et le monde économique et la collaboration avec le tissu associatif. Dans ce contexte particulier, le report s’impose afin de préserver la qualité du lien entretenu avec les artistes qui a fait la renommée de la Biennale de Lyon.» Je vous cite l’essentiel du communiqué, par ailleurs fort bref. Vous aurez remarqué la langue de bois, à moins qu’il s’agisse de «novlangue». On n’y pige pas grand-chose. D’où beaucoup d’interrogations. Pourquoi renoncer déjà en mai 2020 à une chose prévue pour l’automne 2021 avec un renvoi à la fin 2022? C’est un peu comme jeter l’éponge avant le premier round.

Succès public en 2019

Ce n’est en tout cas pas la peur d’un échec public. Intitulée «Les eaux se mêlent», la version 2019 avait rameuté 273 800 personnes à Lyon, la manifestation se targuant d’avoir 44,5 pour-cent de visiteurs âgés de moins de 26 ans comme si les autres ne comptaient pas. Une volonté de se promouvoir comme la biennale du futur, sans doute, celle de Venise devenant celle du passé même si son édition de 2019 a pour a part compté plus de 600 000 personnes. Si le bouche à oreille de la manifestation XXL de Lyon, organisée sur les 29 000 mètres carrés des anciennes usines Fagor, avait été souvent négatif, la presse nationale s’était montrée indulgente. Il y avait pour les journalistes venus de Paris la double volonté de porter au pinacle une création locale et de flatter la province. En 2015, «Le Figaro» (toujours lui!) écrivait ainsi déjà pompeusement «La biennale de Lyon, rivale française de Venise», ce qui frôlait la flagornerie.

L'affiche de la Biennale de Lyon en 2019. Photo Biennale de Lyon.

S’agit-il alors de la crainte d’une pandémie longue? Ou d’une peur du désengagement des mécènes avec la crise? Je reste bien sûr incapable de vous répondre. Toujours est-il que Venise, qui a reporté sa Biennale d’architecture 2020 de mai à septembre, entend maintenir le cap.Le commissaire Hashim Sarkis devrait être au travail ou au télétravail en ce moment. Il n’a plus que quelques mois jusqu’à l’ouverture au public le 29 août prochain. La présentation devrait durer jusqu’au 29 novembre. L’architecture retrouverait ainsi ses dates des premières moutures. J’ai regardé. Les billets sont déjà en vente sur le site.

Les beaux-arts auront normalement ensuite lieu à Venise en 2021 sous la direction de Cecilia Alemani. La chose s’appellera «Universes in Universe». Beaucoup de pays ont déjà désigné leur représentant, qui sera souvent une représentante. Pour la Suisse, il s’agit de Lafita Echakhch, installée à Fully en Valais depuis 2012. C’est ce qui s’appelle aller de l’avant, alors que Lyon nous fait le coup de la panne. C’est loin, septembre 2022… Et que se passera-t-il ensuite? La dix-septième mouture en 2023 ou en 2024?

Et Kassel?

Tiens, pendant que j’y pense! La prochaine Documenta de Kassel devrait précisément se terminer le 25 septembre 2022. Ouverture le 18 juin. Cette méga quinquennale dure toujours cent jours.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."