Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Le patrimoine vu par Michel Mélot. Tout mais pas n'importe quoi

Crédits: DR

«Tout n'est pas patrimoine culturel, cependant n'importe quoi peut le devenir.» La formule se trouve dans le «prologue» de «Mirabilia» de Michel Mélot. Cet «Essai sur l'Inventaire général du patrimoine culturel» date certes de 2012. Mais les exemplaires apparemment invendus (il ne s'agit pas d'un retirage) ont fleuri dans les vitrines de libraires il y a quelques semaines à l'occasion de «Journées» passionnant les Français comme les Suisses romands. Il faut préciser que l'auteur sait de quoi il retourne. L'homme a dirigé l'Inventaire national de 2003 à sa retraite en 2006. L'entreprise, qui en restait alors péniblement à son quart de réalisation, se révèle colossale. Ce vingt-cinq pour-cent représente déjà cinq millions de notices... 

Agréable à lire, l'ouvrage, sorti dans l'austère collection «Idées» de la NRF, commence par un historique. Comment a-t-on pu passer, après une très longue interruption médiévale, des «sept merveilles du monde» antiques aux listes pléthorique de classements (40 000 monuments en France) ou à celles, un brin incohérentes, des bonnes intentions de l'Unesco? On sait que ces dernières (architectures, réserves naturelles, immatériel...) ne cessent de s'allonger en ménageant la chèvre et le chou politiques. Chez nos amis français, l'impulsion est venue d'André Malraux, ministre de la Culture, en 1964. L'écrivain répondait à un souhait de l'historien de l'art André Chastel, formulé en 1961. Son «musée imaginaire» trouvait du coup une réalité de terroir. 1980 s'est par la suite vu décrété «année du patrimoine», en élargissant autant que possible le domaine jusqu'ici couvert par celui-ci. L'art se retrouvait non pas mis de côté, mais accompagné d'une foule d'autres considérations, historiques ou sociales. Plus aucun critère esthétique. Finies les contraintes de date. Il fut, je le rappelle, un temps où le monument devait avoir été construit entre 450 et 1850...

Un objet fuyant

La suite du livre, qui constitue une somme de réflexions, traite d'un objet fuyant. Seule certitude, il s'agit de conserver une mémoire qui disparaît au fur et à mesure que notre monde change, c'est à dire de plus en plus vite. Il faut agir sans peur d'aboutir, pour faire un méchant jeu de mots, à un méli-mélo. Chaque décision doit cependant trouver sa justification propre. La question de génération peut jouer. Bientôt octogénaire, Michel Mélot s'étonne qu'il puisse y avoir des passionnés de bouches d'égout anciennes. Moi pas. Je viens d'apprendre, lors des «Journées du patrimoine» genevoises 2017, que celles se trouvant chez disent encore nos anciennes limites communales, avant les regroupement de 1931. Depuis, j'y jette à l'occasion un œil.

Cela dit, je trouve comme l'auteur étrange que l'Unesco classe «le repas gastronomique des Français» ou «la cuisine traditionnelle mexicaine», qui ne sont en plus nullement menacées. La crainte d'une rapide disparition joue effectivement souvent son rôle. L'idée sous-jacente est bien de mettre sous cloche de verre ce qui s'en va. Mais pourquoi la nourriture? Parce que, comme le dit l'une des dernières phrases de l'«épilogue», «il faut ancrer le sacré (et même le sucré, NDLR) dans une culture dont chacun est imprégné.» C'est peut-être la seule manière de le faire échapper à l'argent, «régulateurs des valeurs modernes». Générateur de flux financiers, le tourisme culturel se retrouve cependant lié au patrimoine. Mais que voulez-vous? Chaque cercle possède sa quadrature.

Pratique 

«Mirabilia», de Michel Mélot, aux Editions Gallimard NRF, 2012, 288 pages.

Photo (DR): Michel Mélot en conférence.

Texte intercalaire.

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."