Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Comment "Représenter la vision" dans l'Italie du XVIe siècle

Crédits: DR

Liée à l'au-delà et au fantastique, la religion catholique a longtemps carburé aux miracles et aux visions. Ce sont ces dernières qui passionnent Guillaume Cassegrain, qui enseigne l'art moderne (comprenez par là une période allant du XVIe au XVIIIe siècle) à l'Université de Grenoble. Auteur chez Hazan d'un livre remarqué en 2015, «La coulure, histoire de la peinture en mouvement, XIe-XXIe siècles», ce dernier vient de leur dédier un gros livre. Ce dernier comprend avant tout du texte, mais il offre tout de même des illustrations en noir et blanc, à mon avis plutôt fadasses. 

Le scientifique s'est concentré sur une période et un lieu, l'Italie au XVIe siècle. Il faut dire que cette période finalement classique de l'art restait négligée en matière d'apparitions, de rêves, de songes (qui ne sont pas tout à fait la même chose), et bien sûr de visions (1). Elles vont des tentations de saint Antoine à la lactation de saint Bernard (2). Il faut dire que leur iconographie reste plus discrète qu'au Moyen Age, et surtout au moment du baroque. Ce dernier a fait son ordinaire du surnaturel dans la peinture sacrée. On ne compte pas aux XVIIe et XVIIIe siècles les saints émaciés se faisant torturer ou occire, tandis qu'à l'étage supérieur, assis sur des nuages, des anges jouent du violon ou chantent partition à la main. La musique, on le sait, adoucit les mœurs.

Une rhétorique simple 

Guillaume Cassegrain explique bien à son lecteur comment les commanditaires des œuvres et les artistes ont dû développer une rhétorique simple et claire pour les fidèles. Ceux-ci doivent comprendre, sans autre explication, qu'ils se trouvent face au miraculeux. La Vierge apparaît au dessus des combats ou d'un saint guérissant les lépreux. Elle ne figure pas sur le même plan qu'eux. Son apparence et son expression possèdent quelque chose de stéréotypé. Il s'agit de la reconnaître immédiatement comme mère de Dieu. Robe en général bleue. Les apparitions de Bernadette Soubirous à Lourdes, en plein XIXe siècle, répondront ainsi encore à ce schéma convenu. La chose peut mener très loin. Quand Alde de Sienne, morte en 1309, «se flagellait et qu'elle portait une couronne d'épines, elle cherchait une imitation du corps du Christ.» 

Savant (avec beaucoup de citations d'Husserl à Panofsky en passant par Merleau-Ponty) , mais accessible même si une mystique comme Alde est tombée dans un oubli presque général, l'ouvrage développe quantité d'idées. Certaines peuvent sembler audacieuses. Je pense notamment à celle visant la «Descente de Croix» sans Croix de Pontormo, aujourd'hui temporairement exposée au Palazzo Strozzi de Florence. Dans sa chapelle d'origine, elle fait face à une «Annonciation» du même artiste. On peut donc imaginer que la Vierge pré-voit la fin de l'histoire. La «Descente» constitue une apparition, ici prémonitoire. Le tableau a juste perdu de sa force «spirituelle et réflexive» en un peu moins de cinq siècles... 

(1) Le Musée du Luxembourg, a Paris, a cependant proposé en 2013 une superbe exposition sur «Le rêve à la Renaissance».
(2) La Vierge serait apparue à saint Bernard absorbé dans ses pieux travaux et elle lui aurait envoyé une giclée de lait dans la bouche.

Pratique 

«Représenter la vision», de Guillaume Cassegrain, aux Editions Actes Sud, 302 pages.

Photo (DR): "La dispute du Saint Sacrement" de Raphaël, peinte vers 1510 sur un mur du Vatican. Difficile de trouver une illustration en largeur! La vision suppose un minimum de transcendance, et donc de verticalité.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."