Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LIVRE/Adrien Golinelli montre Ordos, la ville fantôme de Mongolie

Crédits: Adrien Golinelli

Ordos. Le nom revient périodiquement dans l'actualité depuis dix ans. Il s'agit d'une ville. Cette dernière est située en Chine, et plus précisément en Mongolie Intérieure. Sa construction résulte d'un geste volontariste. Autoritaire, même. La population n'a hélas pas suivi le rythme des chantiers, qui multiplie les gratte-ciel au point que la cité, vue de haut, ressemble à une pelote d'épingles. En 2009, on estimait que la cité comptait 30 000 habitants effectifs, alors qu'elle a été conçue pour un million de personnes. Un petit trois pour-cent... 

Adrien Golinelli s'est passionné pour Ordos, ce qui n'a rien pour surprendre. Ce linguiste est fasciné par les pays d'Orient, surtout s'ils restent difficiles d'accès. On se souvent des images que le Genevois a ramenées de Corée du Nord. Primées à Paris-Photo, elles ont été exposées à Genève. Adrien s'est donc rendu à Ordos, «ce gouffre financier dont la construction est permise par les aberrations d'une économie chinoise soumise au politique.» Il en a parcouru les rues vides. Il en a portraituré les rares citoyens. Son regard reste neutre. Frontal. La plupart des bâtiments demeurent d'une laideur à faire peur. «Des stars de l'architecture se sont cependant vues conviées pour des raisons de prestige.» Ce sont ces dernières qui justifient l'idée d'un opéra, d'un immense lac artificiel, d'un stade géant ou d'une piste de course.

Une frénésie immobilière 

Les images donnent aujourd'hui lieu à un livre, qu'Adrien a voulu et dont il a assuré le financement. Un bel objet, sur un papier mat et léger. Il fallait du texte. L'auteur a imaginé des fictions. Des histoires racontant de l'intérieur cette «ville fantôme», qui n'a pas été abandonnée, comme celles du Far-West américain, mais jamais occupée. Et cela même si les optimistes constatent un mieux depuis 2009. Il fallait aussi un article documentaire. Gabriel Grésillon, correspondant à Pékin du journal «Les Echos», s'est chargé de sa rédaction. Il raconte l'ascension en panne de cette capitale d'un pays aride, mais prospère à cause du gaz et du charbon, ce dernier conservant un rôle essentiel en Chine. Le reporter évoque aussi les dizaines de projets analogues, dont la déraison fait parfois trembler l'économie mondiale. «En 2012, il y avait déjà une douzaine de villes tout aussi mortes sur le territoire national. La nation entière souffre d'une addiction à la construction immobilière.» En 2016, l'offre en appartements vides à vendre correspondait à quatre années de demandes...

Des images étonnantes 

Voilà.Tout cela donne matière à des visions étonnantes. Un peu inquiétantes. Souvent désolantes. Adrien Golinelli a l’œil. Il sait se montrer présent sans s'interposer entre le sujet et le lecteur. Nous sommes avec lui dans un autre monde, où il a provisoirement su trouver sa place parmi des gens perdus au milieu du néant. Il fallait cependant pouvoir entrer en contact avec eux. Adrien, qui parle le japonais comme le français, pense qu'il n'est pas bien difficile de se mettre au mandarin. Après tout, il était bien arrivé à se débrouiller en pachtoune lors de sa traversée de l'Afghanistan...

Pratique

«Ordos», d'Adrien Golinelli, aux Editions Kehrer, Heidelberg-Berlin, pages non numérotées, textes en anglais.

Photo (Adrien Golinelli): Une double page du livre, avec des gratte-ciel et des routes vides.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."