Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Lille renonce à une demande de classement Unesco pour sa citadelle de Vauban

Caprice? La maire Martine Aubry a balayé sans consulter son Conseil municipal une idée de 2017. Ses opposants sont furieux. Encore une affaire de patrimoine à Lille!

La forteresse de Lille vue d'avion.

Crédits: PIOCRR.

Encore une polémique à Lille! Je vous avais déjà dit, au détour d’un article, que les défenseurs du patrimoine déploraient l’autorisation de démolir donnée à l’Université catholique de la Ville. Une chapelle (mais aux dimensions de véritable église) néo-gothique de la fin du XIXe doit se voir sacrifiée pour l’érection de nouveaux bâtiments. Un comble pour un établissement religieux. La levée de boucliers est allée jusqu’au Ministère de la culture, qui a décidé de ne rien faire. Pour le moment, les choses restent pendantes. Mais pour peu de temps…

Il s’agit cette fois, dans cette ville de Lille saccagée dans les années 1960, de la forteresse construite par Sébastien Vauban entre 1667 et 1672 pour Louis XIV. La réussite majeure de cet architecte militaire, selon son propre aveu. Pas question bien sûr pas de la détruire. Cet énorme ensemble en forme de pentagone (une forme que les Américains n’ont pas inventée pour l’armée!) est dûment classé. Seulement voilà! Il y a depuis 2017 un projet d’associer cette réalisation, comme celle française de Le Quesnoy et celle allemande de Breisach am Rhein, au réseau Vauban inscrit par l’Unesco sur sa liste en 2008. Lille reprend aujourd’hui brutalement ses billes. La maire Martine Aubry a décidé, sans consulter son Conseil municipal (certains socialistes peuvent se montrer très autocratiques), de retirer la demande auprès de l’Unesco.

Ecologie et développement durable

Et pourquoi donc? Parce que l’organisation internationale veut un «bouclier» autour du site. Comprenez par là une zone sur laquelle elle posséderait un droit de regard. Impossible de toucher à ce périmètre sans son aval. Une intrusion intolérable pour Martine Aubry. Elle a comme par hasard de ce côté des projets visant au «développement durable». Il y aurait notamment un tram desservant des quartiers populaires. Il faudrait en plus potentiellement abattre des arbres pour rendre la citadelle, aujourd’hui encore occupée par l’armée, repérable de loin. Une insulte à l’écologie. La chose la plus grave n’est cependant pas exprimée officiellement. Le classement Unesco retirerait à Madame Aubry un peu de son pouvoir. Et quand on a espéré devenir la première présidente de la République française (sans jamais être allée bien loin dans la course), il s’agit d’une atteinte inadmissible. Martine ne passe d’ailleurs pas pour avoir le meilleur et le plus souple des caractères. Ses directeurs de musée en savent quelque chose...

L'entrée de la citadelle. Photo DR.

Inutile de dire que l'association Pour la renaissance du Lille ancien est atterrée. «La Ville n’est visiblement pas prête à s’engager dans un contrat moral et politique.» La maire de Le Quesnoy pousse des hauts cris. On affaiblit la candidature jointe de son gros village de 5000 âmes. Quant à l’opposition au Conseil municipal, elle rugit sur presque tous les fronts. Ses élus voudraient un vrai débat. Pour certains d’entre eux, la décision de Martine Aubry demeure un simple «caprice».

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."