Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Les Tulipes de Jeff Koons enfin inaugurées à Paris. L'effet public est déjà retombé

L'oeuvre a été cachée aussi bien que possible dans un jardin peu fréquenté derrière le Petit Palais. Il n'y a plus guère de curieux malgré une cérémonie en grandes pompes le 4 octobre.

Jeff Koons devant sa création le 4 octobre dernier.

Crédits: Stéphane de Sukutin, AFP

C'était ce qui s'appelle un cadeau empoisonné. Un don du genre de ceux qu'on reçoit à Noël, bien empaquetés, et qui ne se mangent hélas pas. La chose n'a rien de bien nouveau, «Timeo Danaos et dona ferentes» (1) disait déjà mon ami Virgile. Peu après les attentats parisiens de novembre 2015, Jeff Koons faisait présent d'une sculpture à la France en signe de sympathie (sympathiser signifie «souffrir avec» au départ). Oh, pas d'une œuvre toute faite! Il ne faut pas exagérer. L'Américain offrait le dessin pour une statue à couler aux frais d'une princesse quelconque.

La polémique pouvait commencer. Maire de Paris, Anne Hidalgo parlait de «l'immense artiste», ce qui me semble tout de même abusif. D'autres trouvaient le brouillon pour un machin de treize mètres, avec des tulipes multicolores, tout simplement atroce. Ou pire encore, banal. Il fallait cependant trouver un emplacement. L'idée était au départ de faire spectaculaire. Le premier endroit choisi a donc été devant le portique unissant, sur la colline de Chaillot, le Musée d'art moderne de la Ville de Paris et le Palais de Tokyo. Autrement dit un admirable ensemble architectural conçu pour l’exposition internationale de 1937 dans un style monumental, mais classique. Rien à voir avec les aquariums géants dérivés du Bauhaus.

Un accord à l'amiable

Inutile de dire que les amis du patrimoine ont hurlé. Le poids de la statue en devenir, à couler dans du métal, leur est venu en aide. Les bâtiments sont construits sur une pente raide. D'un poids de plusieurs tonnes, les tulipes risquaient du coup de se retrouver en moins de deux sur le front de Seine. L'endroit a donc pu se voir refusé sans vexer «l'immense artiste». Il fallait bien sûr trouver autre chose. Un accord a enfin pu être trouvé pour un site prestigieux. Les abords des Champs-Elysées. Et c'est ainsi que le bouquet de fleurs a pu se voir inauguré en grandes pompes le 4 octobre derrière le Petit Palais.

Je suis allé voir, bien sûr! Le piège s'est refermé de manière diabolique sur Jeff Koons. Bien sûr, le groupe jouxte l'Elysée ou le Grand Palais. Mais les tulipes ont beau mesurer treize mètres de haut. Nul ne les voit, ou presque. Des Champs-Élysées, du moins tant que les arbres conservent des feuilles, il ne se distingue pas le moins pétale coloré. Du Petit Palais, rien non plus à l'horizon. Il faut s'aventurer dans les jardins pour arriver devant une chose effectivement énorme. Une main colossale, au traité hyper-réaliste, empoigne des fleurs stylisées. Certains ont parlé d'anus, espérant sans doute renouveler le scandale du «vagin de la reine» posé par Anish Kapoor dans le parc de Versailles en 2014. Il est aussi permis de songer à des poivrons. En tout cas pas à des tulipes, comme elles fleurissent chaque année au printemps en Hollande.

Un pet dans l'eau

Il est du coup permis de parler d'un pet dans l'eau. Quelques jours plus tard après l'inauguration, il n'y avait déjà presque plus personnes autour du Koons. J'ai à peine vu tirer quelques "selfies", ce qui à l'heure d'aujourd'hui tient du record dans le sens inférieur. Dans un ou deux mois, plus personne n'en parlera. Twitter s'est tu à ce propos depuis longtemps. Plus la moindre méchanceté. "Un clou chasse l'autre", comme disait cette fois mon copain Voltaire. Il n'y aura plus qu'à entretenir, que dis-je à briquer l'objet, conçu pour être aussi neuf et rutilant qu'une carrosserie de voiture. L'artiste n'aura plus qu'à méditer sur l'ingratitude des Français. Il leur a fait une fleur. Ils l'ont dédaignée. Et quand on sait ce que vaut un Koons à l'heure actuelle, c'est vraiment le bouquet!

(1) Je crains les Grecs même quand il font des présents. C'est dans «L'Enéide».

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."