Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Les musées ferment en France. L'Angleterre les laisse au contraire tous ouverts

Les annonces se succèdent à Paris comme en régions. Paris, Vienne ou Berlin se claquemurent. Londres va en revanche vernir son Titien le 15 mars si tout va bien.

"Van Eyck, Une révolution optique". L'exposition de Gand espère rouvrir le 4 avril.

Crédits: DR.

Ailleurs, c’est bien sûr aussi une hécatombe dans les musées. Je ne veux pas dire pas là que les gens y meurent comme des mouches. Je vous signifie juste qu’ils ferment partout les uns après les autres. L’Italie a bien sûr mené le bal. Je vous ai notamment dit comment l’exposition Raphaël des Scuderie del Quirinale de Rome avait été brutalement interrompue trois jours à peine après son inauguration. La manifestation semblait pourtant tout ce qu’il y a de plus politique. Les institutions d’une Péninsule désormais confinée ont suivi dans la foulée.

"L'enlèvement d'Europe" du Titien, que prête exceptionnellement  la National Gallery l'Isabella Gardener Stewart Museum de Boston. Photo DR.

En France, les choses se sont précisées durant toute la journée du samedi 14 mars. Le Louvre a bien sûr une nouvelle fois verrouillé ses portes. Il a été suivi par Orsay, le Quai Branly, Beaubourg, le Jeu de Paume, le Palais de Tokyo ou l’Orangerie. La Ville a fermé d’un seul coup ses huit musées, dont le Petit Palais et le Musée d’art moderne. Ne restent aujourd’hui en lice que des privés. Jacquemart-André, qui vient de vernir son Turner fourni sur un plateau par la Tate Britain. Marmottan, qui a lui monté un Cézanne en rapport (mais quel rapport, au fait?) avec la peinture italienne.

Fontainebleau a bouclé. Versailles aussi, naturellement. Mais seulement le château. Le parc reste pour sa part accessible. Il est vrai qu’il se révèle immense. En régions, les annonces se suivent et se ressemblent. Plus de MUCEM à Marseille. Fini Pompidou-Metz. Fermé le Palais des beaux-arts de Lille, en dépit d’une montée aux barricades de la maire Martine Aubry. En revanche, le Musée des beaux-arts de Lyon annonce sur son site continuer à accepter du monde. Mais pas plus de 100 personnes à la fois, personnel compris.

Drouot reste ouvert

Les foires et les salons ont succombé à la pression. Le Salon du Dessin comme Drawing Now se voient reportés après les défections d'ArtParis ou du PAD. Le cas étrange devient du coup le maintien en vie de l’Hôtel Drouot. Il a allégué que chaque salle de vente constituait un espace en soi. Il y en a quinze en tout, pas souvent toutes ouvertes ensemble il est vrai. Le lieu bénéficie donc d’un sursis. Il pourra recevoir jusqu’à 400 personnes. Il semble peu probable que ce répit survive au second tour des élections, après lequel un nouveau tour de vis devrait se voir donné par le gouvernement. Cela dit, Drouot a fonctionné pendant le bombardement de Paris par les Allemands en 1918, sous l’Occupation et durant Mai 68. Alors…

Si le Reina Sofia de Madrid, le Kunsthistorisches Museum de Vienne ou les musées berlinois annoncent tous leur fermeture pour une période indéterminée, les sites anglais restent muets. Tout semble demeurer ouvert, du British Museum à la Queen’s Gallery en passant par la National Gallery. Il faut dire qu’il ne se fait ici rien comme ailleurs, ne serait-ce qu’en matière de lutte contre la pandémie. L’exposition Titien de la National Gallery devrait ainsi commencer sans encombre le 16 mars. Il est vrai que l’ensemble des «poésies» de l’artiste vénitien se voit placé sous le signe de «l’amour, du désir et de la mort» (1).

(1) Notez bien que l’exposition «block buster» de Gand sur «Van Eyck et la révolution optique» devrait (conditionnel) bien rouvrir le 4 avril. Il y a toujours des optimistes.

N.B. L'article risque d'être en partie périmé. Il a été posté samedi 14 mars à 20 heures.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."