Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Les "Journées du patrimoine" 2021 se dérouleront en Suisse les 11 et 12 septembre

Le thème de l'année tourne autour du "Faire et savoir faire", avec beaucoup de restaurateurs et restauratrices. A Neuchâtel et en Pays de Vaud, il faut réserver.

La restauration des fresques de Severini à Notre-Dame de Lausanne, aujourd'hui achevée.

Crédits: 24 Heures.

Faire et surtout savoir faire. C’est reparti pour une nouvelle édition des Journées du Patrimoine, qui se dérouleront les 11 et 12 septembre. Le thème des métiers d’art s’était déjà vu traité en 2002. Cela fait presque une génération. Il peut donc revenir, avec notamment une ferronnière (aucun rapport avec «La belle ferronnière» de Léonard de Vinci), une mosaïste ou une charpentière. Le monde du travail manuel se féminise, tout en semblant de plus en plus menacé. Comme je vous le dis souvent, les artisans auront bientôt l’air chez nous de «trésors nationaux vivants», comme en Corée ou au Japon.

Le système adopté reste toujours le même. En Suisse, où les Journées se déroulent avec une semaine d’avance sur le reste de l’Europe, chaque canton choisit un certain nombre d’objets. Il s’agit de visites, mais aussi de conférences ou de promenades. La Suisse romande se regroupe afin de proposer une brochure et un site communs. Je signale à ce propos que rien ne remplace le petit livret carré, qui devient hélas de plus en plus difficile à trouver. Le déroulé des 108 pages sur l’écran possède quelque chose d’intolérable, d’autant plus que la mise en page ne s’est pas vue repensée à l’intention du Net. Autant dire qu’il faut prévoir du temps, une prise de notes et une poche à glace sur la tête pour se refroidir les esprits.

Du fer forgé à l'absinthe

Certains cantons proposent une programmation plus riche que d’autres. Viennent en tête Genève, dont je parle un article plus bas dans le déroulé de cette chronique, et le Valais. Qu’ai-je découvert de plus intéressant selon moi pour 2021? Je vous donne une liste en vrac. Le Café des Arcades restauré de la place des Ormeaux à Fribourg. La passerelle ferroviaire de Kerzers, construite en 1909, et aujourd’hui sauvée de la démolition. Les grilles de fer forgé, chef-d’œuvre du XVIIIe siècle, devant le Musée de l’Hôtel-Dieu de Porrentruy. Un séchoir à absinthe à Boveresse, près de Môtiers où sera également accessible le chantier du Temple. Après tout, la «fée verte» suppose un art consommé de la distillation. Une visite à Mase, en Valais, où une couvreuse distribue actuellement pailles, tuiles, dalles de pierre et tavillons (ou bardeaux). La restauration, en l’église Notre-Dame de Lausanne, des fresques sacrées d’un Gino Severini bien revenu de son époque futuriste. En vieillissant, le Diable s'est fait ermite. Mon choix se révèle par définition contestable.

Le château de Hauteville avant travaux. Photo 24 Heures.

L’objet le plus attendu se situe également dans le canton de Vaud. Les visiteurs vont pouvoir accéder au château de Hauteville, au dessus de Vevey, dont je vous ai raconté la vente aux enchères, vidant les chambres de leur mobilier en septembre 2015. Les héritiers voulaient quelque 50 millions de cette ruine tenant à peine debout. J’aurais alors hésité à claquer une porte, de peur que tout l’édifice s’écroule. Je ne croyais pas à une reprise possible. Une université américaine proche de Jésus a pourtant allongé les billets verts. Aujourd’hui, les curieux pourront découvrir le parc, l’orangerie et la grange en cours d’assainissement. Pour le bâtiment principal, ce sera sans doute plus tard, et après bien des dépenses. Mais Dieu y pourvoira. Je n’ose en effet imaginer les coûts engendrés pour cette «rénovation sensible permettant de conserver au mieux la substance patrimoniale.»

Victime du succès

Afin d’accéder aux visites, guidées ou non, il faudra selon les cantons réserver obligatoirement. C’est le cas de Vaud et de Neuchâtel. A Genève, une inscription ne se voit parfois que «recommandée». Fribourg ou le Valais ne précisent rien. C’est un peu la jungle, bien sûr, mais ici rien de nouveau. Les Journées sont depuis longtemps victimes de leur succès. Il ne me semble donc guère possible de prévoir plus de quatre objets en un week-end.

Pratique

«Journées européennes du patrimoine, Faire et savoir-faire», samedi 11 et dimanche 12 septembre. Réservations ouvertes. Brochure difficile à trouver, sauf peut-être dans les offices du tourisme. Site www.patrimoineromand.ch Bon courage!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."