Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

"Les Burgondes à Genava". Un petit livre pour faire découvrir un royaume oublié

Lucile Tissot a écrit les textes. Bernard Reymond a tracé les dessins. Leur album s'adresse aux enfants dès huit ans. Il n'est jamais trop tôt pour découvrir l'histoire locale.

La couverture du livre.

Crédits: Infolio

C'est mince et c'est léger. Normal, me direz-vous. La plaquette est destinée aux enfants. «Les Burgondes à Genava» fait partie des Guides à pattes. «A conseiller dès huit ans», assure l'illustrateur Bernard Reymond. Il est permis de tenter l'aventure à moins. Mais il vaut mieux alors que les parents se révèlent à la hauteur. Un minimum de connaissances historiques s'impose pour faire comprendre l'Antiquité et le Haut Moyen Age à ceux qui sont nés le portable à la main.

D'où viennent ces Guides à pattes? «Il s'agit d'une série proposée par Infolio, une petite maison suisse d'édition basée à Gollion», explique Lucile Tissot, qui signe les textes de l'ouvrage présent. «Elle publie beaucoup d'ouvrages sur l'Histoire et l'archéologie.» Infolio n'avait rien en rayons pour la jeunesse. Est ainsi née l'idée de cette collection, où le dessin l'emporte sur le mot. Elle a été acceptée. «Le premier volume a paru en 2009. Il y a toute suite eu deux versions, l'une en français, l'autre en allemand. Pour Genève, ville internationale, nous avons ajouté l'anglais.» En dix ans, la brochure s'est muée en un petit livre-objet. «Il y maintenant neuf tomes pour la période romaine et un consacré à la préhistoire. Le néolithique.»

Genève, capitale du VIe siècle

«Jusqu'ici, rien ne parlait donc dans ce cadre du Moyen Age», reprend Bernard Reymond. «Les Burgondes sont venus d'une demande genevoise de l'association Avant Ge. Elle correspondait à notre envie de quitter l'Antiquité pour aborder les époque ultérieures.» Avec l'impression de traiter un sujet relativement neuf. Cet éphémère royaume du VIe siècle de notre ère, dont une des capitales était Genève, se voit peu traité par les livres d'école. «Il existait  une solution de continuité. Il s'agit pourtant d'une période riche pour plusieurs cantons romands, sans parler bien sûr le Lyon, l'autre capitale.» Il faut dire que, comme le rappelle l'ancien archéologue cantonal genevois Charles Bonnet (1), «nous manquons cruellement de textes pour cette période. Ce que nous en savons s'est déduit en grande partie des fouilles.» Notons qu'un chercheur comme l'historien Justin Favrod a proposé une nouvelle lecture de l'aventure burgonde. «Son ouvrage est passionnant, mais il s'agit là de propositions. Nous restons avec lui dans le domaine du possible.»

Mais revenons aux «Burgondes à Genava», qui se soucie par définition peu de ces spéculations intellectuelles. «Nous avons bien sûr lu Favrod», explique Lucile Tissot. «On y a vu des massacres, des empoisonnements, des incendies et même un tsunami après l'écroulement d'une montagne dans le lac Léman. Il n'est pas du ressort de ces ouvrages de raconter ce genre de faits au jeune public.» Le but, c'est bien de le plonger dans la réalité du quotidien d'alors. A quoi ressemblaient les gens? Comment pensaient-ils? «Il faut en plus le leur montrer physiquement, alors qu'il n'existe aucune iconographie contemporaine. Nous parlons au public en compagnie de personnages, et aussi de deux mascottes. Nous avons voulu éviter l'aigle, déjà utilisé ailleurs, même s'il figure dans les armoiries genevoises. Vu le décor urbain d'un univers où les gens vivaient encore au milieu de leur basse-cour, nous avons opté pour un coq et une poule.»

Celtes et dinosaures

Le récit proposé reste court. Trente-deux pages. «Le même nombre que pour les autres volumes de la série», reprend Bernard Reymond. «On pourrait bien sûr en rajouter, mais il y a toujours le moment l'attention des plus jeunes se perd. Il faut se montrer concis. Il s'agit avant tout d'éliminer.» Certains thèmes se verront éventuellement repoussés à un ouvrage suivant. «Nous avons déjà en projet un Guide à Pattes sur Saint-Gall. Il tournerait forcément autour de l'image d'une abbaye très ancienne. L'idée de château fort correspondrait, elle, à un volume centré sur le Bas Moyen Age.» Ce dernier n'est pas pour demain. Les duettistes pensent plutôt, à part Saint-Gall, revenir à la préhistoire avec les peuples celtiques. Il y aurait aussi quelque chose sur le jurassique, produit comme de juste avec Porrentuy, dans le Jura. Une ville près de laquelle de multiples traces de dinosaures ont été retrouvées.

J'ai oublié de vous dire une chose. Que font mes deux interlocuteurs quand ils ne s'occupent pas d'histoire enseignée au premier âge? «J'essaie de finir une thèse», explique Lucile Tissot. Celle-ci porterait su des fresques romaines d'Augusta Raurica. Autrement dit d'Augst, dans le canton de Bâle-Campagne. «Je travaille sur une des domus de la ville. Bien des peintures y ont été retrouvées, mais à l'état de lambeaux. Il y a trois cents cartons pleins de fragments.» Bernard, lui, est dessinateur du Site et musée romain d'Avenches, en pays vaudois. «Il y a beaucoup de travail, avec ce qui se découvre dans cette capitale antique chaque année.» Il lui faut documenter. Dessiner de multiples objets. Proposer des restitutions. «Une chose qui laisse assez peu de liberté graphique.»

(1) Dans une forme éblouissante, Charles Bonnet reste très actif. Il est parti depuis que je l'ai vu pour sa cinquante-quatrième campagne de fouilles au Soudan.

Pratique

«Les Burgondes à Genava», de Lucile Tissot et Bernard Reymond aux Editions Infolio, 30 pages. Site www.lesguidesapattes.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."