Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

L'Egypte va promener "Ramsès et l'or des pharaons" dans le monde jusqu'en 2025

Le moment semble plutôt mal choisi. Mais le pays a un besoin désespéré de touristes et de devises. D'où cette tournée qui traversera cinq grandes villes.

Une vue de l'exposition Toutankhamon à La Villette en 2019.

Crédits: Stefan de Sakutin, AFP

On ne change pas une équipe gagnante. C’est ce qui se dit en sport. Pour ce qui relève de la culture, c’est l’éternel retour aux mêmes sujets. Il existe finalement peu de thèmes populaires susceptibles de plaire à coup sûr. L’Egypte en fait partie depuis longtemps. En 1967 déjà, le Petit Palais parisien accueillait quelque 1 200 000 personnes. Elles avaient dû faire une longue queue avant d’accéder aux salles. Un record pour cette époque précédant le véritable tourisme de masse. En 2019, toujours dans la capitale française, le retour de Toutankhamon avait fait vendre très exactement 1 371 476 billets. Plus d’attente cette fois avant d’entrer à La Villette. La réservation était devenue obligatoire. Un signe des temps.

L’Egypte va donc revenir à Paris. Le journal «Egypt Independant» vient d’annoncer une tournée qui comprendra cinq villes pour «Ramsès et l’or des pharaons». Trois mots magiques se sont en effet vus réunis dans le même titre. La caravane partira cette année en novembre vers Houston, au Texas, pour gagner ensuite San Francisco, Boston, Londres et finalement Paris fin 2024. Feront partie du voyage 170 objets, tous en or ou du moins partiellement coulés dans le précieux métal. Ils iront d’une statue de Khéphren, l’homme de la Pyramide de taille moyenne (on est vers 3000 avant Jésus-Christ), aux temps ptolémaïques (se terminant en 30 avant notre ère). Tout a été réuni pour attirer le chaland. Il doit pouvoir rêver. Une bague est ainsi au chiffre de Néfertiti.

Redorer un blason

Cette manifestation de prestige n’arrive bien sûr pas par hasard. Il s’agit, si j’ose dire, de redorer le blason de l’Egypte. En dépit d’un petit regain en 2017, son tourisme culturel ne redécolle pas. Il y a eu la crise financière de 2008, le «Printemps arabe» en 2011, les attentats islamistes en 2015 et maintenant la pandémie en 2020. Les séjours sur les bords du Nil se retrouvent du coup bradés jusqu’à l’indécence. J’ai vu la semaine dernière à Lausanne une annonce pour 7 jours à 600 francs, vols et taxes comprises. Il s’agit donc de remonter le courant. Repoussée à de multiples reprises, l’ouverture du grand musée près des Pyramides devrait y aider. A l’heure où je vous parle, elle reste prévue pour 2021, mais il faudra peut-être attendre encore un peu…

Si nul ne s’étonne de voir l’Egypte assurer sa promotion, le moment choisi pour l’annonce n’en surprend pas moins. Depuis plusieurs années, les écologistes s’inquiètent de l’empreinte carbone induite par les vols nécessaires, comme si celle des touristes n’était pas mille fois pire. Mais le principal problème ne réside pas là, à l’heure actuelle. «Ramsès et l’or de pharaons» constitue le prototype même du «blockbuster» en matière d’exposition. Pour que l’affaire se révèle rentable, il faudra que les visiteurs jouent des coudes, même s’il y aura sans nul doute des jauges prévues. Comment concilier la chose, fin 2021 à Houston, avec les fameuses «distances sociales»? Et que fera-t-on, si pour un motif sanitaire, le «planning» se retrouve modifié? Il n’y a pas ici que deux villes en jeu, ce qui semble aujourd’hui déjà trop, mais cinq. Rien de perturbant ne doit arriver d’ici début 2025. C’est à l’heure actuelle vraiment beaucoup demander!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."