Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Zentrum Paul Klee sur penche sur l'extase et les arts

Coproduite par Düsseldorf, l'exposition bernoise pêche par excès d'ambition. Il y a bien trop de thèmes traités pour un relativement petit espace

Une figure de Ferdinand Hodler, détail. On est ici déjà un peu loin du sujet originel.

Crédits: Musée d'art et d'histoire, Genève 2019

Le monde semble toujours plein de bonnes idées. Le problème, c'est qu'elle peinent souvent à se matérialiser. Quand le Zentrum Paul Klee a annoncé il y a quelques mois à Berne une exposition sur le thèmes de l'extase, il y avait des promesses. Et cela même si je ne saisissais pas bien le rapport entre cette manière se sortir de soi, pour reprendre l'étymologie grecque, et la peinture du Germano-Suisse honoré en ces lieux. Je pensais aussi naïvement qu'il s'agirait là du grand accrochage au rez-de-chaussée. Eh bien non! La manifestation, qui se termine dans quelques jours, s'est retrouvée coincée au sous-sol dans un espace à la fois petit, bas et confiné.

Tout irait encore si le sujet ne s'était pas vu étiré à l'extrême. Le ZPK, qui a coproduit la chose avec le Kunstmuseum de Stuttgart, a aussi bien inclus l'extase religieuse elle-même que l'ivresse, la transe, la danse ou l'orgasme. Le mélange du sacré et du profane ne me dérange pas. Mais chaque élément pourrait faire le thème unique d'une exposition. Comment opérer des liens entre une séance d'hypnotisme longuement filmé en vidéo par la Néerlandaise Aernout Mit, un saint François de Zurbaran (tout étonné de se retrouver en telle compagnie!), une performance de Marina Abramovic, deux sculptures de Rodin, deux toiles de Marlene Dumas et une photo de «rave party» par Andreas Gursky de 2000, tirée comme il se doit en format géant? Le tout, bien sûr avec des dessins exécutés sous mescaline par Henri Michaux et dans l'ombre de la sainte Thérèse du Bernin.

Transversalité abusive

Vous me rétorquerez qu'il y a là de la transversalité. Une des ces mots qui excusent actuellement tout, c'est à dire n'importe quoi. Je suis désolé. Mais une rencontre, si insolite soit-elle, ne fait pas forcément sens. Il y a un moment où le visiteur finit par regarder chaque pièce pour elle-même, en faisant avec soin abstraction des autres. Il y a Dieu merci ici quelques morceaux de choix. Au rayon photographie, je signalerai la présence du célèbre reportage de 1986 sur le train ramenant les travailleurs noirs de Johannesburg à Soweto par Santu Israel Mofokeng. Les wagons s'y métamorphosent en chapelles, avec rituels, prières et intermèdes musicaux. Je mentionnerai aussi, venue des réserves des musées de Strasbourg, l'étonnante composition académique de l'inconnu Jean Brenner, intitulée précisément «Extase». Il y a également deux spectaculaires Ferdinand Hodler se situant aux limites du sujet, pourtant singulièrement vaste.

Le portrait d'Anita Berber par Otto Dix. La danseuse a ici 26 ans. Photo succession Otto Dix, Pro Litteris 2019.

Le plus important apport reste cependant le «Portrait d'Anita Berber» d'Otto Dix de 1925. Un des chefs-d’œuvre du peintre allemand, souvent reproduit, mais rarement montré. Cette toile appartenant comme par hasard au Kunstmuseum de Stuttgart montre la sulfureuse actrice et danseuse de la République de Weimar en robe rouge sur fond rouge. La femme, qui allait mourir des ses excès à 29 ans dans un hospice, en a alors 26. Dix lui donne l'air d'une vieille peau septuagénaire. Que voulez-vous? L'extase fit partie des produit à consommer avec modération.

Pratique

«Extase», Zentrum Paul Klee, 3, Monument im Fruchtland, Berne, jusqu'au 4 août. Tél. 031 359 01 01, site www.zpk.org Ouvert du mardi u dimanche de 10h à 17h.



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."