Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Salon du Design genevois connaît sa nouvelle édition au Pavillon Sicli des Acacias

Il y a une trentaine de marchands spécialisés dans les antiquités de la seconde moitié du XXe siècle. Beaucoup de meubles. Assez peu d'objets finalement .

La chaise de Max Ernst Haefeli.

Crédits: DR

Les choses peuvent se suivre et ne pas se ressembler, en dépit des apparences. En septembre, les «Design Days» s'invitaient au Pavillon Sicli, qui se trouve sur territoire carougeois. C'était affreux. Non, en fait, la chose m'avait semblé pire que cela! L'ensemble restait d'une banalité telle que j'avais choisi de ne pas vous en parler.

Aujourd'hui, c'est le Salon du Design qui se retrouve pour deux jours au même endroit. Cette manifestation, qui n'en est pas à sa première édition, constitue la descendante par la main gauche des Puces du Design, naguère organisées à Lausanne ou à Morges. Il n'y a pas de lien organique, mais l'esprit reste le même. En plus sélectif. Vous avez compris qu'il ne se vend ici rien de neuf. Du moins en principe. Nous sommes dans le domaine du «vintage» ou de la réédition autorisée. Reste que tout ne se révèle pas simple dans ce domaine. Un fauteuil et son repose-pied de Gio Ponti des années 1960, comme j'en ai vu un à Sicli, reste-t-il un original après avoir été recouvert de neuf? Le tissu a ici tant d'importance...

Marchands on-line

Une trentaine de marchands ont répondu présent. La plupart viennent de Suisse, mais il y a aussi un Belge et quelques Français. La plupart de ces gens possèdent encore une adresse fixe, mais plusieurs (dont Thousand, Artichoke ou Ré-actuel) n'existent en temps normal qu'en ligne. Or il demeure essentiel, pour ce genre de maisons, de se montrer de temps en temps dans des salons «pour de vrai». En matière d'antiquités, même du XXe siècle, le contact personnel est très important. Certains exposants ne disposent déjà pas en temps ordinaire d'une visibilité suffisante...

Qui et qu'il y a-t-il? Des galeristes offrant des pièces créées depuis les années 1950. Nous sommes dans le «Post War», comme on dirait chez Christie's et Sotheby's. La plupart des objets constituent davantage que des multiples. Il étaient produit à l'époque en grandes séries. Les «boutiques danoises» proliféraient alors jusqu'en Suisse romande. L'ennui, ici, c'est le que visiteur risque du coup de revoir le même meuble plusieurs fois. La chaise harpe de Jørgen Hovelskov, supposée assez rare, existe ainsi à trois exemplaires chez Sicli. Il y a aussi, en plus chic, de l'Alvar Aalto ou du Pierre Paulin. Des choses vues et revues à longueur de foires comme celles-ci et, une fois par mois, dans les revues de décoration. Dans ces conditions, mieux vaut avoir du meuble suisse. C'est au moins original. Et puis, des chaises de Max Ernst Haefeli (découvertes chez Cube Art & Vintage) ou un bureau avec tubulaires de Perrenoud (comme il y en a en chez Cargo Culte), c'est finalement très bien!

Verre et céramique

Si les jeunes, banaux à force de se vouloir branchés, viennent pour du meuble, les visiteurs plus mûrs cherchent plutôt des objets. Il y a en a au Pavillon, mais en petites quantités. J'ai remarqué des chats (ou des lions je ne sais plus très bien) en céramique de Gambone chez Studiocod. CH Design Furniture propose, à l'instar de Cube Art & Vintage, du verre de Venise. Le plus original m'a paru une sculpture très 1970 de Carlo Nason chez le premier. Il se trouve aussi un peu partout de la céramique des années 1950. Une décennie où il s'en est énormément produit. Ici, c'est un peu plus cher qu'ailleurs pour ce genre de choses. D'une manière générale, les prix se révèlent du reste assez musclés. Mais sans délires. Du moins à ma connaissance. Un conseil pour terminer. Au jour d'aujourd'hui, vous pouvez vous meubler en Louis XVI à meilleur compte. C'est moins tendance. Mais plus audacieux.

Pratique

«Salon du Design», Pavillon Sicli, 45, route des Acacias, Carouge, encore le dimanche 3 novembre de 10h à 18h. Site www.salondudesign.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."