Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le Royal Collection Trust d'Elizabeth II licencie son personnel à tour de bras

Le trou de 2020 serait de 64 millions de livres. Moins de visiteurs, notamment à la Queen's Gallery de Londres. Peu de gadgets vendus. Les conservateurs passent à la trappe.

Le lancement de l'exposition "Masterpieces from Buckingham Palace"

Crédits: Royal Collectioin Trust.

Ce n’est pas la fin des temps, mais tout de même un signe de ces derniers. Le Royal Collection Trust (RCT), créé par Elizabeth II afin de pérenniser des biens qui restaient jusque là sa propriété privée, licencie. «Pour suivre une restructuration rendue nécessaire par la pandémie, 130 postes sont supprimés, dont ceux des deux conservateurs en chef.» Selon le «Times», le RCT a perdu 64 millions de livres en 2020. Cela fait beaucoup. Mais il y a eu moins d’entrées à la Queen’s Gallery de Buckingham ou à Holyrood Palace d’Edimbourg. Il s’est aussi vendu bien trop peu des ces gadgets un peu fous dont le RTC a le secret. Je me souviens ainsi de T-shirts noirs avec des diadèmes de Sa Gracieuse Majesté reproduits en strass…

Mais revenons à l’objet du jour. Selon un programme qualifié de «départs volontaires», ont notamment disparu le conservateur des peintures Desmond Shawe-Taylor et celui des œuvres d’art Rufus Bird. Ne reste plus que leur directeur Tim Knox. Il supervisera ainsi plus d’un million de pièces pour le moins diverses. Le rôle de conservateur des peintures remontait pourtant loin dans le temps. Le premier connu est Abraham van der Doort, actif de 1625 à 1640. Il s’occupait alors de l'ensemble formé par Charles Ier, vendu sur l’ordre de Cromwell après l’exécution du roi afin d'assainir les caisses de l’État. Parmi ses successeurs plus récents ont figuré au siècle dernier les historiens de l’art Kenneth Clark et Anthony Blunt. Ce dernier a disparu après que ses activités d’espion au service de l’URSS ont été connues.

Mauvais exemple

La presse britannique s’inquiète de l’exemple donné. Très mauvais. Pour le «Daily Telegraph» c’est, sous la plume d’Alastair Sooke, la renonciation à la notion d’expertise. Une tendance lourde depuis des années dans les musées. Elle se voit ici renforcée, même si le RCT espère la chose provisoire. Privées mais subventionnées, les grandes institutions londoniennes se retrouvent très menacées. A qui le tour?

Un Rubens. Un Rembrandt. Montage de "Masterpieces from Buckingham Palace", qui avait réussi à ouvrir avant un nouveau "lockdown". Photo Royal Collection Trust.

La Queen’s Gallery propose en ce moment une nouvelle exposition, prévue pour durer jusqu’au 31 janvier 2022 (elle est aujourd'hui bouclée). C’est «Masterpieces from Buckingham Palace». Ironie du sort, le palais voisin est en effet entré dans des travaux de restauration ruineux, prévus pour durer des années. Plus rien n’y avait été fait, ou remis aux normes, depuis des décennies...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."