Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le précieux pavement en marbres colorés de la cathédrale de Sienne sera visible cet été

Les soixante scènes ont été créées essentiellement du XIVe au XVIe siècle. Pour des raisons de protection, cet ensemble reste normalement caché sous un parquet.

L'un des modèles de Beccafumi, qui raconte l'histoire de Moïse.

Crédits: DR.

En temps normal, le pavement de la cathédrale de Sienne est recouvert par un parquet de bois. Seules, quelques-unes des soixante scènes créées avec des marqueteries de marbres polychromes sont visibles par le public. Il s’agit de ne pas les détériorer. Les siècles précédents ayant été plus imprudents, il avait fallu refaire à la fin du XIXe, selon le modèle d’origine, de nombreux panneaux désormais presque effacés.

Tous les dix ans cependant, la dernière fois en date me semblant remonter à 2012, l’éblouissant sol du Duomo se voit montré dans sa totalité aux visiteurs. Sa création aurait commencé au XIIIe siècle. Les premiers documents sûrs ne remontent cependant qu’à 1369. Le pavage s’est fait petit à petit, en demandant des cartons aux plus grands peintres de la ville. Il y en a ainsi de Sassetta, de Domenico di Bartolo, de Pintoricchio (qui était certes Ombrien), de Matteo di Giovanni et surtout de Domenico Beccafumi. Ce dernier a sans doute signé les plus beaux, au XVIe siècle. Ses pavements ressemblent à de grands dessins à la plume et au lavis. Les cartons à l’échelle réelle de ces derniers ont été conservés. Le Musée de l’Œuvre du Duomo (où se trouve la fameuse «Maesta» de Duccio) les montre de temps en temps.

Mesures hyper-sécuritaires

En 2021, les précieux marbres seront montrés du 26 juin au 31 juillet, puis du 18 août au 17 octobre. Les amateurs devront montrer patte blanche. Cela dit, il y a bien longtemps qu’on n’entre plus dans la cathédrale aussi simplement qu’au supermarché. Une grosse billetterie s’est créée à droite du transept, sur la place, afin de vendre des billets. Mais cette fois, pandémie oblige, le public devra réserver, puis utiliser le moment venu l’application The Right Distance. Une membrane Culture, garantie antivirale et antibactérielle pour trois ans, aura été posée. Les amateurs d’art se retrouveront presque dans une clinique. Notez que juste en face du Duomo se trouve Santa Maria della Scala, qui fut précisément un hôpital pendant mille ans, avant de se voir désaffecté dans les années 2000. Sa transformation en espace culturel a du reste achevé de momifier cette partie de la cité, jadis très vivante. Il n’y a plus ici que des touristes, toujours plus nombreux jusqu’en 2020.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."