Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Le portrait du poète l'Arétin est de retour aux cimaises bâloises. Un vrai Titien?

Retrouvé dans les réserves, il a été restauré et exposé l'an dernier aux Offices de Florence. Pour l'instant, il s'agit d'une prudente attribution. L'oeuvre est magnifique.

Le portrait. Avant nettoyage, hélas.

Crédits: Kunstmuseum, Bâle 2020.

Il faut un peu chercher. La chose n’a rien pour me déranger. Elle fait découvrir au passage de l’inattendu ou de l’inconnu. Le portrait de l’Arétin découvert dans les réserves du Kunstmuseum de Bâle figure aujourd’hui en bonne logique dans le petit cabinet italien. La grande peinture toscane, romaine ou vénitienne reste le grand manque de la maison.

Je vous en avais touché un mot, au moment du juste hommage de la maison à Louise Bachofen-Burckhardt. L’une des plus grandes donatrices de l’institution, qui voulait tirer Bâle de ce qu’elle jugeait son provincialisme. L’exploration des caves avait conduit les conservateurs à un tableau «désattribué». Le portrait très sale de la Renaissance ne pouvait plus se voir considéré comme un authentique Titien. Et pourtant… En le regardant bien… Il fallait lui donner une nouvelle chance. Et de fait, nettoyé, l’effigie est impressionnante. Il s’agit sans doute d’un fragment. Pourquoi ne serait-ce pas celui de l'effigie réalisée par Titien en 1527 du poète l’Arétin? L’artiste en a exécuté bien plus tard l’image canonique, aujourd’hui conservée aux Offices. Mais on sait par les archives qu’il en a existé cet autre exemplaire, aujourd’hui réputé perdu.

A Florence en 2019

Le tableau bâlois a été présenté aux Offices l’an dernier dans l’exposition dédiée à l’Arétin. Il en est revenu. Pour l’instant, il garde une prudente inscription «attribué à». Il faut sans doute que des gens se prononcent encore. Et le Kunstmuseum n’a pas envie de rétro-pédaler comme le Kunsthaus de Zurich, qui a annoncé l’an dernier l’acquisition d’un paysage animé du Titien, aujourd’hui contesté. De toute manière, l’œuvre bâloise est magnifique. Il ne peut pas lui arriver pire qu’au grand portrait du Titien jadis donné par Emil Georg Bührle au Kunsthaus de Zurich. Descendu des décennies dans l’enfer des caves après avoir été rejeté par les experts, ce dernier en est ressorti il y a quelques années. Selon les experts, il s’agit aujourd’hui d’un chef-d’œuvre de Callisto Piazza, un peintre travaillant vers 1530 à Lodi. Il y a toujours du nouveau avec la peinture ancienne!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."